Paupière qui tombe : comment traiter le ptosis ?

0
Paupière qui tombe : comment traiter le ptosis ?
Le ptosis est un affaissement anormal de la paupière supérieure à cause d’une faiblesse provoqué par le muscle releveur de la paupière qui est donc assimilé à la paupière qui tombe.  Il en existe différents types et causes. 

Quels sont les différents types de ptosis ?

Ptosis Congénital

Le ptosis congénital est dû à un développement anormal ou à une faiblesse du muscle releveur, qui est essentiel pour lever la paupière. Les enfants touchés par cette condition peuvent avoir une vision restreinte dans la partie supérieure de leur champ visuel, les amenant souvent à basculer la tête en arrière pour voir plus clairement. Ce trouble peut entraîner des complications telles que l’amblyopie, plus couramment connue sous le nom de œil paresseux. La prise en charge peut inclure une intervention chirurgicale pour éviter d’endommager les voies nerveuses entre le cerveau et l’œil et ainsi prévenir tout déficit visuel.

Ptosis Acquis

Le ptosis acquis peut résulter de diverses causes à divers moments de la vie. Voici les cinq catégories principales de ptosis acquis.

Ptosis aponévrotique: C’est la forme la plus répandue où le muscle releveur de la paupière est distendu, souvent à cause du vieillissement. Les actions répétitives telles que le frottement des yeux ou l’usage intensif de lentilles de contact peuvent aussi jouer un rôle.

Ptosis neurogène: Ce type fait suite à une anomalie le long de la voie nerveuse qui gère le mouvement des muscles de la paupière. Des pathologies telles que la myasthénie grave, la paralysie du troisième nerf et le syndrome de Horner sont des exemples de troubles pouvant causer un ptosis neurogène.

Ptosis myogène: Ici, le muscle releveur est affaibli par une maladie systémique affectant la force musculaire, comme c’est le cas de l’ophtalmoplégie externe progressive chronique ou de certaines formes de dystrophie musculaire.

Ptosis mécanique: Un excès de peau ou une masse peut alourdir la paupière et conduire à ce type de ptosis.

Ptosis traumatique: Les lésions traumatiques de la paupière, qui peuvent être dues à des accidents ou autres impacts oculaires, peuvent endommager ou affaiblir le muscle releveur, menant à un ptosis de ce type.

Quelles sont les causes du ptosis ?

Paupière qui tombe

C’est une liste de diverses conditions médicales et situations qui pourraient mener au développement d’un ptosis:

  • Un orgelet
  • La myasthénie grave
  • Le Syndrome de Horner
  • L’apparition d’une tumeur
  • Une ophtalmoplégie externe
  • Un accident vasculaire cérébral (AVC)

Ces affections sont susceptibles d’avoir des répercussions significatives sur la fonctionnalité des paupières.

Le vieillissement

Le processus de vieillissement naturel constitue une cause répandue de la manifestation du ptosis. En vieillissant, les tissus de la paupière, incluant la peau et les muscles, tendent à s’étirer et perdent de leur force.

Des chirurgies

Certains actes chirurgicaux réparateurs ou exploratoires au niveau des yeux peuvent précipiter cette dégénérescence. Les instruments utilisés pour écarter la paupière au cours de telles interventions pourraient potentiellement étendre ou affaiblir le tissu palpébral, promouvant ainsi l’apparition précoce du ptosis.

Découvrez aussi :  Vous avez été opéré de la cataracte ? L’agence du médicament alerte sur des lots de lentilles

Êtes-vous exposé au risque de ptosis ?

Groupes à risque accru

Il y a effectivement des groupes de personnes qui peuvent présenter une propension accrue à éprouver un ptosis. La génétique joue un rôle notable dans cette affection, signifiant que le passé médical familial peut influencer votre risque individuel d’affaissement des paupières. Les témoignages de ptosis congénital renforcent aussi les probabilités de rencontrer des problèmes tels que l’amblyopie, également connue sous le terme « d’œil paresseux ».

Facteurs de risque liés aux traumatismes

Les lésions oculaires ne sont pas à négliger dans l’évaluation du risque de ptosis futur. Une contrainte subie par les muscles ou les ligaments des paupières, ou une atteinte nerveuse concernant ces mêmes structures, peut préfigurer le développement d’un ptosis. Ce risque est également présent suite à des interventions chirurgicales au niveau des yeux ou à la suite d’injections de BotoxⓇ au visage.

Prévention et atténuation des risques

Pour amoindrir les chances de développer un ptosis, certaines mesures préventives peuvent être envisagées. Évitez le frottement excessif des yeux et l’utilisation de lentilles de contact rigides, ces deux pratiques pouvant favoriser l’apparition d’un ptosis lié aux traumatismes chez l’adulte. Toutefois, il convient de noter que tous les scénarios de ptosis ne peuvent être prévenus.

Grâce aux avancées médicales, diverses options thérapeutiques existent pour traiter le ptosis, qu’il soit de nature acquise ou congénitale, permettant ainsi aux individus affectés de retrouver une apparence et une fonctionnalité normales de la paupière.

Comment traite-t-on la paupière qui tombe ?

Les solutions adoptées sont étroitement liées à l’origine du problème ainsi qu’à son degré de sévérité.

Dans les cas où le ptosis est légère et découlant du vieillissement, un professionnel de santé pourra informer la personne concernée qu’il n’est pas impératif d’agir, la condition n’étant pas alarmante pour la santé. Mais, si l’apparence est une préoccupation, une intervention de chirurgie esthétique pourrait être envisagée pour remédier à ce flétrissement.

Lorsqu’une maladie est détectée comme étant à l’origine de lu ptosis, un traitement ciblé pour cette dernière sera probablement demandé. Cette démarche a pour but d’éliminer la cause profonde du problème et donc, par voie de conséquence, de le corriger.

Pour les cas où la paupière bloque la vision, une prise en charge médicale s’impose et peut s’étendre jusqu’à une résolution chirurgicale.

Alternatives à la chirurgie

On trouve aussi des dispositifs tels que les lunettes à béquilles, spécialement conçues pour soutenir la paupière. Ce type de traitement est typiquement réservé aux situations où la paupière tombante est un état transitoire. De plus, les lunettes pourraient être proposées aux individus pour qui la chirurgie présente des risques ou n’est pas envisageable.

Un nouveau collyre, l’Upneeq, qui intègre du chlorhydrate d’oxymétazoline en tant qu’ingrédient actif, a été validé dans l’amélioration de la paupière tombante, ce qui le rend une option prometteuse contre le ptosis acquis.

La solution chirurgicale

S’il est établi que la piste chirurgicale est la plus appropriée, une opération visant à retendre le muscle releveur de la paupière sera préconisée. Cette procédure chirurgicale a pour but de soulever la paupière afin de la repositionner correctement. Cette intervention est principalement sollicitée chez les enfants souffrant de ptose, dans le but de prévenir l’apparition de troubles visuels tels que l’œil paresseux, ou amblyopie.

Découvrez aussi :  Quelles sont les causes du chalazion ?

Il s’agit donc d’une gamme de solutions qui peuvent être adaptées en fonction des besoins individuels des patients, chacun nécessitant une évaluation approfondie pour déterminer la cause de le ptosis et le traitement le plus approprié pour un retour à une apparence et une fonctionnalité normales.

Quelles sont les solutions naturelles ?

Le ptosis, communément appelée «  »paupière qui tombe«  », est une affection concernant la défaillance des muscles de la paupière, entraînant un abaissement anormal de celle-ci. Pour remédier à ce phénomène, il existe différentes méthodes naturelles, que l’on va détailler ci-après.

Routine matinale spécifique

L’application de certaines pratiques dès le réveil peut se révéler efficace pour dynamiser les muscles palpébraux et résorber l’aspect tombant des paupières.

– Commencez par stimuler la zone affectée à l’aide d’un glaçon, appliqué avec précaution sur la paupière. Cela aidera à tonifier la peau.
– Poursuivez avec une hydratation par l’application de deux tranches de concombre pour leurs propriétés naturelles rafraîchissantes et hydratantes.
– Pratiquez régulièrement des exercices faciaux ciblés qui travaillent les muscles autour de l’œil pour renforcer la tonus et l’élasticité de la peau.

Une diète enrichie en collagène

Le collagène est essentiel à la maintien de la structure et de la fermeté de la peau. Une alimentation qui en est riche peut contribuer à prévenir ou traiter le ptosis palpébrale.

– Consommez des aliments comme l’os à moelle, réputé pour sa richesse en collagène.
– Intégrez dans votre alimentation des produits laitiers qui, en plus de leur apport en calcium, peuvent favoriser la santé de la peau.
– Ajoutez à votre consommation quotidienne des fruits comme le kiwi et l’avocat, connus pour leurs teneurs élevées en vitamines et minéraux bénéfiques pour la peau.
– Le saumon, poisson riche en acides gras oméga-3, complète cette liste pour renforcer l’élasticité de la peau.

Hygiène de sommeil rigoureuse

Un sommeil de qualité a un impact direct sur l’état de notre peau et peut donc influer sur la condition d’une paupière qui tombe.

– Assurez-vous d’obtenir environ 8 heures de sommeil chaque nuit pour permettre à votre corps de se régénérer complètement.
– Évitez l’exposition aux écrans au minimum une heure avant le coucher pour garantir un endormissement plus rapide et un sommeil plus profond.

En combinant ces diverses pratiques, vous pourrez contribuer à atténuer ou prévenir l’affaissement des paupières et ainsi préserver la vitalité de votre regard. N’oubliez pas que ces conseils ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de la santé si le problème persiste ou s’il y a des préoccupations concernant la santé de vos yeux.

Aucun article à afficher

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

Articles Similaires