10 remèdes de grand-mère pour soulager la cruralgie

1
10 remèdes de grand-mère pour soulager la cruralgie

Qu’est-ce que la cruralgie ?

La cruralgie est une douleur qui se situe dans la zone antérieure de la cuisse. Cette douleur est généralement provoquée par une compression des racines nerveuses liées au nerf crural. Lorsque la douleur est située à l’avant de la jambe, on parle alors de sciatique à l’avant, même si celle-ci reste une cruralgie.

Pourtant la sciatique et la cruralgie ont certaines similitudes. Les différences résident dans la localisation de la douleur au niveau des racines ainsi que de la zone douloureuse.

Le nerf crural aussi appelé nerf fémoral est constitué de deux racines. La première prend naissance dans la colonne vertébrale au niveau de la 3e et 4e vertèbre lombaire tandis que la seconde commence à partir de la 4e et 5e lombaire.

Qui est concerné par une cruralgie ?

La cruralgie est une douleur fréquente. Elle touche plus souvent les personnes à partir de 50 ans, mais des personnes sportives, jeunes et en bonne santé peuvent tout à faire être touchées par une cruralgie. Nous verrons ensemble les causes possibles dans cet article, un peu plus tard.

Quels sont les symptômes ?

Certains signes sont particulièrement évocateurs d’une cruralgie. Le premier symptôme est une douleur intense qui débute du bas du dos dans la région lombaire. Elle se prolonge au niveau des fesses puis s’étend à la hanche puis à la cuisse. Cette douleur très dérangeante peut s’accompagner de troubles sensitifs tels que des fourmillements, des sensations de picotements voire même une perte de sensibilité.

Ces troubles sensitifs peuvent également être associés à des troubles moteurs comme une perte de force musculaire dans les membres inférieurs voir dans un cas extrême se manifester par une paralysie temporaire. Dans ce cas, il est impératif de consulter un médecin en urgence. Ce type de symptômes ne peut pas attendre.

La cruralgie peut également présenter certains signes comme :

  • de la fièvre ;
  • un trouble urinaire : incontinence ou difficulté à uriner ;
  • un trouble digestif : constipation imminente ;
  • troubles sensoriels : anesthésie du périnée et perte de sensation de miction.

Si ces symptômes apparaissent, il est également important d’obtenir une consultation médicale rapidement.

Les causes de la cruralgie

Plusieurs causes peuvent être à l’origine d’une cruralgie. Cependant, la cause principalement reste la compression d’un des nerfs, celle-ci peut être due à :

  • une hernie discale ;
  • une arthrose vertébrale ;
  • un canal lombaire rétréci ;
  • syndrome dégénératif de la colonne vertébrale (scoliose, spondylolisthésis)
  • tumeurs (névrome) ;
  • origine mécanique ;
  • traumatiques (chute ou accident) ;
  • diabète.

Les complications possibles

Une cruralgie n’est pas à prendre à la légère. Toute compression des nerfs doit être rapidement prise en charge afin d’éviter une perte de capacité. En effet, lorsque le nerf est trop longtemps comprimé, il peut causer des dommages irréversibles tels que des lésions neurologiques importantes.

Quel traitement pour soigner la cruralgie ?

Le traitement de la cruralgie peut varier en fonction de la cause de vos symptômes. Si vous avez subi une blessure récente, votre médecin peut vous recommander du repos et une thérapie physique pour aider à soulager la pression sur la région dorsale.

Si vous souffrez de cruralgie depuis une longue période, votre médecin peut vous recommander des médicaments pour aider à soulager la douleur et l’inflammation. Dans des situations plus critiques, une opération chirurgicale est nécessaire. Des solutions naturelles existent également pour soulager les symptômes liés à la cruralgie.

Remède de grand-mère 1 : l’huile essentielle de gingembre

Le gingembre de son nom latin ‘’Zingiber officinale’’ provient du mot sanskrit ‘’shringavera » signifiant « en forme de bois de cerf ». Ce terme fait allusion à la forme des jeunes pousses sortant de son rhizome. Le gingembre est utilisé dans le continent asiatique à la fois comme condiment, mais aussi comme plante médicinale.

En effet, le rhizome est la partie de la plante qui contient le plus de principes actifs. On retrouve notamment du gingérol, shogaol, paradol et du zingérone. Dans la médecine naturelle actuelle, le gingembre est utilisé pour lutter contre les nausées et les vomissements, stimuler le système immunitaire, tonifier et stimuler l’organisme, ouvrir l’appétit, mais ce ne sont pas ses seuls bénéfices.

En effet, le gingembre contient des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires. Il aide ainsi à réduire les douleurs et les inflammations dans le cas de maladies virales ou de pathologies musculaires. Ses principes actifs sont donc bénéfiques pour aider à soulager les douleurs dans le cas d’une cruralgie.

Il détient à la fois un effet relaxant et décontractant et permet de soulager la pression sur le nerf crural. Dans ce cadre, le gingembre peut s’utiliser de différente façon : en tisane, en teinture mère, en huile essentielle, en gélule, en poudre ou encore en comprimé.

Pour soulager la cruralgie, il est recommandé d’utiliser le gingembre en huile essentielle.

Pour l’utiliser, c’est tout à fin simple. Il vous suffit de mélanger 4 gouttes d’huile essentielle de gingembre avec une cuillère à soupe d’huile végétale au choix. Mélangez le tout puis appliquez en massage circulaire au niveau du dos, de la fesse ou de la cuisse, là où le nerf crural passe. Vous pouvez effectuer ce massage jusqu’à 3 fois par jour.

La fièvre peut être également un symptôme de la cruralgie. Dans ce cas, vous pouvez également utiliser du gingembre de préférence en infusion. Pour la préparer, il vous suffit de faire infuser de 0,5 g à 1 g de gingembre en poudre (ou environ 5 g de gingembre frais râpé) dans 150 ml à 250 ml d’eau durant 5 à 10 minutes. Vous pouvez ajouter un peu de sucre ou de miel pour casser l’amertume du gingembre. La dose à respecter en infusion se situe entre 2 à 4 fois par jour.

Remède de grand-mère 2 : le curcuma

Le curcuma, de son nom latin  »Curcuma Longa », est une plante à rhizomes originaire d’Asie du Sud. Il est appelé : gingembre-jaune ou encore safran jaune. Il est utilisé dans l’alimentaire notamment comme condiment, mais également pour la confection de teintures, de cosmétiques ou encore dans la composition de médicaments.

Le curcuma est l’une des épices les plus utilisées au monde. Il dispose de nombreux bienfaits pour la santé et est employé depuis de nombreuses années en médecine naturelle. Le curcuma est reconnu principalement pour ses propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, douleurs intestinales et anticancéreuses.

La curcumine principe actif principal de du curcuma s’est montré efficace dans le soulagement des inflammations. Il inhibe ainsi les toxines et les différents facteurs responsables de l’inflammation. Le curcuma est peu toxique et peut être combiné à d’autres anti-inflammatoires pour améliorer ses effets. Il peut notamment être associé au gingembre ainsi qu’au fenugrec.

 

Il existe différents types de consommation :

  • en poudre :  à raison de 1,5 et 3 g par jour ce qui correspond  environ à une  cuillère à thé ;
  • en infusion : 2 g de curcuma dans 150 ml d’eau bouillante, la posologie est de deux tasses par jour ;
  • en cataplasme sur la zone douloureuse en mélangeant de la poudre de curcuma et un peu d’eau ;
  • En extrait normalisé pour une posologie de 300 mg trois fois par jour.

Remède de grand-mère 3 : Huile de poisson

L’huile de poisson est un excellent moyen de lutter contre la cruralgie. Vous pouvez en trouver dans votre épicerie ou dans les parapharmacies en ligne. L’huile de poisson est utile pour réduire l’inflammation et la douleur. Elle est issue des tissus biologiques des poissons gras et contient un taux élevé d’Oméga 3.

Rappelons que les omégas 3 sont bénéfiques pour :

  • augmenter le taux de bon cholestérol ;
  • réduire les risques cardio-vasculaires ;
  • prévenir les troubles mentaux et les maladies psychiques ;
  • soutenir la perte de poids ;
  • amélioration de la santé oculaire ;
  • amélioration de la fonction hépatique ;
  • réduire les symptômes de l’inflammation.

Tout comme la curcumine contenue dans le curcuma, l’huile de poisson dispose de propriétés anti-inflammatoires importantes. Les acides gras présents également dans cette huile permettent de lutter efficacement contre les douleurs aiguës et chroniques. Elle permet ainsi de limiter la consommation d’antalgiques. Bien que ceux-ci restent nécessaires dans la prise en charge d’une cruralgie.

Bien que l’huile de poisson peut être utilisée en complément alimentaire, il peut présenter des effets secondaires tels que des vomissements, des nausées et une diarrhée. Si vous constatez la présence de ces symptômes, il est préférable d’arrêter la consommation d’huile de poisson et de voir votre médecin traitant.

Remède de grand-mère 4 : l’huile essentielle de menthe poivrée

La menthe poivrée de son nom latin « Mentha x piperit »a est une herbe originaire du moyen orient. C’est une herbe hybride puisqu’elle est un mélange de la menthe verte et de la menthe aquatique. D’ailleurs, elle se reconnaît parmi toutes les autres, car elle dégage un arôme fort. Parmi tous les différents types de menthe, la menthe poivrée détient une forte concentration en menthol qui lui confère notamment des vertus sur le plan antalgique.

La menthe poivrée est utilisée depuis des millénaires. Les premières traces de son utilisation remontent à l’Égypte ancienne. Elle fut également employée dans la Grèce et la Rome antique pour ses bienfaits sur la sphère intestinale et son côté aphrodisiaque.

C’est un analgésique naturel, et son odeur aide à se relaxer. Elle contribue également à réduire l’inflammation et peut aider à réduire la fréquence des spasmes musculaires. La menthe poivrée est également un stimulant naturel, et de nombreuses personnes l’utilisent pour faciliter la digestion.

 

Aujourd’hui la menthe poivrée est considérée comme une huile essentielle incontournable en aromathérapie. Sa forte concentration en menthol permet à la fois d’agir comme un antalgique et une anti-inflammation.

En application cutanée, la menthe poivrée va permettre de stimuler les récepteurs du froid au niveau de la peau et de bloquer les récepteurs sensitifs de la douleur et par la même occasion bloquer les canaux et les enzymes responsables des inflammations nerveuses ou musculaires. Cette huile essentielle est donc idéale pour soulager les douleurs liées à la cruralgie.

Pour bien l’utiliser en application locale, il vous suffit de mélanger 2 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée avec une cuillère à café d’huile végétale au choix. Ensuite, appliquez en mouvement circulaire sur la zone douloureuse. .

 

Remède de grand-mère 5 : le gel d’aloé vera

L’aloé vera est un arbrisseau vivace issu d’Afrique du Sud. Son utilisation remonte aux civilisations mésopotamiennes. En effet, l’aloé vera est connu pour ses propriétés médicinales.

Cet arbrisseau était utilisé notamment pour stimuler la cicatrisation de blessures, apaiser les brûlures et traiter les affections de peau comme le psoriasis, l’eczema ou la couperose. L’aloé vera est également bénéfique pour stimuler le système digestif et favorise l’élimination en cas de troubles du transit intestinal.

Encore aujourd’hui l’aloé vera est employé pour différentes problématiques, mais certaines recherches ont permis de démontrer les autres propriétés de cet arbrisseau.

L’aloé vera contient plus de 80 principes actifs. On retrouve notamment du lupéol, du magnésium, de l’acide salicylique, de l’acide cinnamique, de l’isobarbaloïne qui sont des analgésiques et des antalgiques naturels ainsi que des acides gras, de la bradykinase, de la gibbérelline, des anthraquinones qui se révèlent être des anti-inflammatoires naturels.

L’aloé vera peut être donc être bénéfique en cas de cruralgie, car il aide à combattre la douleur, mais aussi à réduire l’inflammation au niveau musculaire. Sur le marché, il existe plusieurs formes de consommation, mais pour obtenir un effet sur votre cruralgie, il est préférable d’utiliser l’aloé vera sous forme de gel ou en complément alimentaire.

 

Remède de grand-mère 6 : l’huile essentielle d’origan

Originaire de l’Asie occidentale, l’origan de son nom latin ‘’ Origanum vulgare’’ est une plante aromatique. Son utilisation remonte à travers le temps puisqu’elle était déjà utilisée pour ses vertus antiseptiques et antispasmodiques.

En effet, l’origan était utilisé pour soigner les plaies et réduire les spasmes musculaires. Aujourd’hui, on lui confère également des propriétés antalgiques qui agissent contre la douleur. L’origan est riche en tanins et en phénols et permet de soulager efficacement les maux d’origine articulaire ou musculaire.

Tout comme l’huile essentielle de menthe poivrée, l’huile essentielle d’origan doit être appliquée sur la peau pour obtenir des effets antidouleurs. Pour cela, il vous suffit de mélanger dans un bol 2 gouttes d’huile essentielle d’origan avec une cuillère à café d’huile végétale de votre choix. Appliquez en massage circulaire sur l’ensemble de la zone douloureuse.

Sachez également que l’huile essentielle d’origan détient des propriétés antispasmodiques ce qui lui permet de réduire les contractions musculaires et faciliter le mouvement articulaire. D’autant plus que sa concentration en vitamine C permet de renforcer votre système immunitaire et de participer à la fabrication des défenses immunitaires dans votre organisme.

Remède de grand-mère 7 : le jus de tomate

Rappelons que la cruralgie est une inflammation du nerf crural, qui est responsable des sensations d’engourdissement et de douleur au niveau de la jambe. Les bienfaits de la tomate contre les cruralgies ont été démontrés par diverses études scientifiques. La tomate a un effet antioxydant et anti-inflammatoire et permet de guérir plus rapidement les symptômes de la cruralgie.

Il existe différentes formes de consommation de la tomate pour traiter la cruralgie. Vous pouvez soit la consommer en salade soit la consommer en jus. Bien sûr pour que le jus soit efficace, il faut en boire régulièrement. Attention cependant, la tomate contient un taux d’acidité.

Cet aliment est déconseillé chez les personnes souffrant de problèmes digestifs liés à l’acidité, car elle pourrait provoquer des ballonnements et endommager la muqueuse intestinale. Au besoin, vous pouvez remplacer ou alterner avec du jus d’ananas et de persil.

Remède de grand-mère 8 : le céleri

Le céleri est un légume populaire qui peut être utilisé dans de nombreux plats. Il est également utilisé comme collation saine et il a été démontré qu’il a de nombreux avantages pour la santé. Le céleri peut être consommé cru, en jus ou cuit et il est souvent utilisé dans les soupes et les salades.

Les bienfaits du céleri en cas de cruralgie ne sont plus à démontrer. En effet, cet aliment contient des substances permettant de réduire l’inflammation et de contribuer à la solidité des os. Sa composition riche en calcium et en magnésium permet également d’agir sur le système nerveux pour l’apaiser.

Le céleri est également bénéfique en cas de cruralgie, car il favorise le sommeil, celui-ci pouvant être perturbé durant cette affection du dos. Pour avoir recours à ces bienfaits, il est tout à fait possible de consommer le céleri en salade, en jus ou en soupe. Vous pouvez également retrouver cet aliment sous forme d’huile essentielle.

Remède de grand-mère 9 : lharpahophytum

L’harpagophytum est également connu sous le nom de griffe du diable. C’est une plante herbacée vivace que l’on trouve en Afrique du Sud et en Namibie. Il est utilisé depuis des siècles dans la médecine traditionnelle de ces régions comme traitement de la cruralgie et d’autres affections apparentées.

L’harpagophytum soulage la douleur, l’inflammation et l’enflure des membres supérieurs. Il peut être utilisé pour traiter divers types d’arthrite, y compris la polyarthrite rhumatoïde. Il possède également des propriétés anti-inflammatoires utiles dans le traitement de la cruralgie.

L’harpagophytum peut être pris par voie orale en gélule, en complément alimentaire ou en capsule ou appliqué localement sur la peau sous forme de gel ou de crème pour soulager la douleur causée par la cruralgie ou d’autres affections connexes telles que l’arthrite, l’arthrose, la tendinite, la bursite et la goutte.

Remède de grand-mère 10 : l’écorce de saule blanc

Le saule blanc est un arbre originaire d’Europe. Riche en dérivés salicylés, son écorce est utilisée pour ses propriétés médicinales. Sa première utilisation remonte a plus de 500 ans en Asie et en Amérique du Nord.

À l’époque l’écorce de saule blanc était utilisée pour ses vertus antipyrétiques qui aident à lutter contre les états fiévreux et certains syndromes inflammatoires aigus ainsi que pour ses vertus analgésiques permettant d’inhiber la sensibilité à la douleur.

Il était notamment utilisé par les médecins pour soulager les affections lombaires telles que la lombalgie, la sténose lombaire, l’hernie discale ou encore la sciatique. Bien entendu à l’époque ces termes n’étaient pas posés ni définis, mais l’écorce de saule blanc était déjà utilisée pour les pathologies du dos.

Bien plus tard, les Grecs l’employèrent pour baisser la fièvre et aider à la gestion de la douleur. Enfin au moyen-âge, il était consommé pour calmer la libido et pour ses pouvoirs anti-vomitifs.

Aujourd’hui, le saule blanc est connu pour sa concentration en salicine. En effet, cette substance aide à produire de l’acide salicylique qui forme aujourd’hui l’aspirine. L’aspire est connue pour ses actions antalgiques, anti-inflammatoires et fébrifuges.

La consommation de e saule blanc est donc tout à fait recommandé en cas de cruralgie. Sa posologie dépend de son mode de consommation. En infusion, il est recommandé de faire infuser 2 à 3g d’écorce sèche dans 250 ml d’eau bouillante.

 

Les conseils pratiques pour atténuer la cruralgie et prévenir son apparition

Plusieurs solutions permettent de prévenir l’apparition d’une cruralgie :

  • évitez le port de charge lourde ;
  • veillez à votre mobilisation lors de la manipulation ou le ramassage d’objets ;
  • continuez de bouger malgré la douleur ;
  • maintenez une activité sportive ;
  • travaillez votre renforcement musculaire au niveau de la sangle abdomino-dorsale ; ;
  • appliquez du chaud ou du froid en cas de début de douleurs dorsales ;
  • portez une ceinture lombaire ;
  • consultez votre ostéopathe si vous ressentez des tensions musculaires ou articulaires.
  • Accordez-vous des temps de repos pour favoriser le relâchement corporel afin de prévenir des risques d’inflammations.

Conclusion

La cruralgie est une douleur intense commençant dans le bas du temps et s’étendant à la cuisse. Dans une situation plus grave, elle peut provoquer des troubles sensoriels , sensitifs, digestifs et urinaires. En cas de symptôme grave tel qu’une perte de sensibilité des membres inférieurs, une incontinence ou une paralysie, il est conseillé de consulter rapidement votre médecin.

Le traitement de la cruralgie repose sur la prescription d’antalgiques, d’anti-inflammatoires et de myoralysant si besoin. En complément des solutions naturelles peuvent être utilisées telles que l’huile essentielle de menthe poivrée ou d’origan, le jus de tomate, l’harpagophytum, l’arnica ou encore le saule blanc.

Les conseils donnés sur cet article ne remplacent pas une prescription médicale et ne se substituent pas à l’avis de votre médecin traitant.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux.

Aucun article à afficher

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

Articles Similaires