L’amaigrissement après une hystérectomie

0
594
Amaigrissement hystérectomie

Volontairement ou malgré elles, certaines femmes se voient privées de leur utérus. Il s’agit de l’hystérectomie, une opération chirurgicale dont se servent les médecins pour traiter des maladies spécifiques. Cela peut être un cancer, les fibromes sous toutes les formes et autres. Dans bien de cas, assez de femmes suite à cette opération perdent énormément de poids. Cette réaction de l’organisme s’explique de plusieurs manières. L’anesthésie utilisée lors de l’opération pour induire la patience dans un sommeil artificiel peut provoquer la nausée ou la fatigue. Ce qui aura pour conséquence l’amaigrissement. La perte éventuelle de sang et l’anxiété provoquée par l’opération peuvent en être aussi des raisons. L’amaigrissement après l’hystérectomie peut de même être la conséquence de la chimiothérapie. Comment remédier à une telle situation ?

Quelles sont les raisons de la perte de poids après une hystérectomie ?

L’amaigrissement après hystérectomie est dû à plusieurs causes. Longtemps considéré comme effet secondaire de ce traitement, il n’est pas directement lié à cette intervention chirurgicale. Les causes les plus probables sont directement reliées aux patientes elles-mêmes.

La nausée

Suite à la pratique d’une chirurgie majeure, certaines patientes peuvent sentir des nausées accentuées. C’est le résultat des douleurs ou des effets secondaires de l’anesthésie. Ceci rend la consommation d’aliments difficile, et par conséquent une perte de poids temporaire. Ceci étant dit, l’idée qui relie systématiquement la perte du poids à l’hystérectomie est bel et bien fausse.

La chimiothérapie

La perte de poids après la pratique de l’hystérectomie résulte de la chimiothérapie, qui peut effectivement engendrer la perte de poids. Les gynécologues ont recours à la pratique de cette opération chirurgicale lorsqu’ils constatent les cancers de l’utérus, de l’endomètre et autres. Ils s’en servent aussi dans pour régler les douleurs chroniques et les saignements dus aux différents types de fibromes et autres.

Lorsque cette opération réussit, la patience a beaucoup plus d’énergie pour pratiquer ses activités physiques. Ce qui la rend plus active et par conséquent engendre la perte du poids.

En tout l’hystérectomie ne provoque pas la perte du poids, mais peut l’induire indirectement. Bien qu’elle ne soit pas directement liée à la perte de poids, cette pratique peu au contraire provoquer un gain de poids excessif chez certaines personnes.

La fatigue

La fatigue est principalement liée à l’anesthésie utilisée lors du déroulement de l’opération chirurgicale. L’anesthésie à pour fonction principale d’induire dans un sommeil artificiel. Lorsqu’une se réveille après l’opération, elle aurait du mal à dormir les nuits suivantes. Ceci le temps que son cerveau ne se resynchronise à nouveau. Le manque de sommeil peut avoir pour conséquence la fatigue et donc la perte de poids. Hormis l’anesthésie, la perte de sang ou encore l’anxiété générée par l’opération peuvent également être à l’origine de la fatigue. Laquelle fatigue induira par la suite une perte de poids.

Que savoir d’autre à propos de l’hystérectomie ?

L’hystérectomie est une intervention chirurgicale qui consiste en la suppression partielle ou totale de l’utérus d’une femme. Dans certains cas, cette opération s’étend aux trompes de Fallope, au col de l’utérus et même aux ovaires.

Il existe trois types d’hystérectomie :

  • L’hystérectomie radicale : elle ne se limite pas qu’à l’utérus, mais s’étend à d’autres organes tels que le col de l’utérus, le parametrium et la haute région du vagin ;
  • L’hystérectomie subtotale : cette intervention chirurgicale permet d’amputer uniquement l’utérus tout en laissant le col de l’utérus. Son but consiste à améliorer le fonctionnement sexuel chez le sujet, après l’opération ;
  • L’hystérectomie totale : c’est une intervention chirurgicale qui tranche le col de l’utérus ainsi que l’utérus lui-même.

Elle est dans de nombreux cas recommandée par les gynécologues comme moyen pour traiter de nombreuses maladies. Elle est comme un dernier recourt dans ces cas, mais quelles sont ces maladies ?

Dans quel cas de traitement est-il nécessaire ?

Le choix du type d’hystérectomie à pratiquer dépend de la maladie dont souffre la patiente. On fait recours à cette intervention dans les cas suivants :

Le prolapsus utérin ou de soutien pelvien

C’est l’une des causes les plus dangereuses. Il s’agit d’une pathologie qui peut se solder pas de graves problèmes vésicaux et intestinaux. Elle a lieu lorsque l’utérus se retire ou fait saillir hors du vagin.

L’endométriose

Elle se définit comme la présence des tissus semblables à la muqueuse utérine hors de la cavité utérine. Cette maladie à d’énormes conséquences aussi bien sur la vie sociale que conjugales de la personne qui est atteinte. Bien que complexes à expliquer, certaines théories arrivent à la sonder. Selon la théorie de la régurgitation, l’endométriose est causée par l’accumulation d’une partie du sang dans les trompes lors des cycles de menstruation. Ceci sous l’effet des contractions utérines. Le sang ainsi régurgité dans les trompes contient des fragments de muqueuses utérines et d’autres cellules. Ces derniers causent la prolifération des organes de voisinage, lors des stimulations hormonales ultérieures.

Les différentes formes de fibromes utérins

Les fibromes entrainent des douleurs lombaires ou pelviennes. Ils peuvent aussi provoquer des écoulements abondants et prolongés. Ce sont en effet des cellules cancéreuses qui surgissent dans l’utérus.

Autres causes

D’autres maladies comme les cancers des organes génitaux, les douleurs pelviennes, l’hémorragie obstétricale et autres demandent aussi que l’on pratique l’hystérectomie.

Dans l’un ou l’autre de ces cas, ce traitement médical, comme les autres peut avoir des effets secondaires. Il n’est cependant pas la cause directement de l’amaigrissement qui s’observe après qu’il est pratiqué.

L’hystérectomie et la prise de poids : que dire à propos ?

Dans une récente étude, il a été prouvé que les femmes soufflantes de ménopause précoce sujettes d’une hystérectomie sans oblation des deux ovaires sont plus enclines à la prise de poids. Qu’est-ce qui peut bien en être la cause ?

Même si elle est toujours jeune, l’oblation des ovaires chez une femme fait d’elle une personne ménopausée. Scientifiquement, il est établi que durant ce stade, les femmes prennent en moyenne 2, 5 kilogrammes de poids.

À noter que suite à une telle opération chirurgicale, les patiences observent une période d’inactivité. Ceci pour se rétablir entièrement des douleurs et blessures de l’intervention. Sur cette période qui dure en moyenne quatre à six semaines, elles sont privées de tout ce qui est activité physique majeure. Il est donc normal qu’elles prennent du poids lors de cette phase inactive. Que faut-il alors faire pour éviter une telle situation ?

Prise de poids après une hystérectomie : quel est le processus à suivre pour de nouveau perdre du poids ?

Bien qu’une hystérectomie n’y soit pas directement liée, elle peut provoquer la prise de poids. Dans un tel cas, voici quelques étapes à suivre pour vite remédier à cette situation et revenir à son poids initial :

  • Consulter un médecin : il peut exister certains motifs sous-jacents à la prise de poids. Dans ce cas, toutes les tentatives minceur après cette opération chirurgicale seront vaines. Il faudra un traitement approprié afin d’obtenir le résultat recherché. Seul le médecin est en mesure de détecter la cause à l’origine de cette prise de poids. Ce peut être le cas d’un problème de thyroïde par exemple. Il pourra alors prescrire le traitement adapté à la cause, pour qu’il ait satisfaction immédiate ;
  • Aller vers un nutritionniste : les besoins nutritionnels varient d’une personne à une autre. Bien que la consommation d’aliments faits à base de végétaux limite la prise de poids, l’effet n’est pas toujours pareil. Chez une personne, tel aliment peut favoriser la perte de poids, alors que chez une autre, ce serait le résultat contraire. Une consultation personnelle chez un nutritionniste permettra d’optimiser le processus de perte de poids. L’idée est de se renseigner sur les types d’aliments qui pourront réduire l’apport calorifique en fonction de sa personne ;
  • Réduire sa consommation alimentaire : opérer certains changements diététiques peut aussi aider à provoquer l’amaigrissement après une hystérectomie. Il est recommandé de manger équilibré, et ce en fonction des recommandations du nutritionniste. Tout en réduisant la quantité de nourriture consommée. Puisque même si certaines nourritures n’apportent pas assez de calories à l’organisme, en consommer de trop peut avoir des conséquences ;
  • Faire des exercices de musculation : les activités de musculation sont parfaites pour bruler quelques calories. Ici aussi, il est important de consulter un médecin avant de s’y mettre. Une fois son accord donné, l’on peut faire environ trois à quatre fois par semaine des activités de musculature. Ce peut être le soulevé des poids, les pompes et autres. Cela permet aux muscles de se développer pour éliminer toutes les graisses accumulées dans l’organisme ;
  • Faire quelques exercices cardiovasculaires : il faut recourir à cette solution, lorsque le médecin donnera son aval. C’est une forme de pratique qui consiste à faire quelques activités cardiovasculaires. Ceci pendant une heure environ trois à quatre fois par semaine. Lesquelles activités sportives peuvent être : la course, le vélo, le saut à la corde et parfois la natation. Ce dernier est surtout pour tous ceux qui ressentent toujours les douleurs articulaires suite à l’opération. Nager soutient en effet les muscles et permet de faire facilement les mouvements.

Tout ceci favorise la perte de poids.

Comment limiter la prise de poids suite à une hystérectomie ?

En fonction de l’état de santé de chaque patiente, il est possible qu’elle soit autorisée à faire quelques exercices physiques. Il s’agit uniquement des activités physiques à faible impact. Lesquelles activités peuvent être la natation, le thaï chi, le yoga, l’aquagym et autres. Avant de faire de pareilles activités, il est indispensable de prendre les avis du médecin.

Il faut aussi contrôler son alimentation après une hystérectomie. Ceci pour non seulement éviter de prendre du poids, mais aussi soutenir son corps. Pour cela, les habitudes alimentaires doivent être réajustées. Durant la phase de récupération, les aliments à consommer seront uniquement composés de fruits, des légumes frais, des protéines végétales et autres.

En plus de contrôler les aliments que l’on mange, il faut aussi penser à la quantité consommée. Quand bien même que certains types d’aliments ne feraient pas grossir, ils peuvent néanmoins engendrer aussi la prise de poids. Ce qui est possible, lorsqu’ils ne sont pas consommés en quantité raisonnable. Il est donc important de garder un œil sur la quantité de calories que l’on consomme par jour.

Faire un examen médical favorise la perte de poids après une hystérectomie. C’est une étape qui permet de dénicher les causes possibles qui peut conduire à la prise de poids. Pour les traiter à temps.

Si malgré tous les efforts, l’on a pris du poids après cette opération, il existe quelques astuces pour y remédier.

Quelles sont les autres conséquences de l’hystérectomie ?

Outre l’amaigrissement après l’hystérectomie, d’autres conséquences sont liées à cette opération. Une femme hystérectomisée ne peut plus avoir de règles et par conséquent, plus d’enfants. Si avant l’opération, elle n’était pas ménopausée, dès qu’elle aurait subi l’intervention chirurgicale, les symptômes de la ménopause feront surface.

L’hystérectomie peut avoir aussi des conséquences sur les habitudes sexuelles. Il est certes vrai qu’elle ne détériore ni n’améliore la qualité des rapports sexuels, elle opère toutefois des modifications hormonales au sens de l’organisme. Ces modifications hormonales couplées à des facteurs psy-sociaux et parfois anatomiques ont des répercussions sur la sexualité.

Bien que suite à cette opération la patiente perde du poids, cela n’est pas directement lié à la pratique chirurgicale elle-même. Il s’agit des effets indirects causés par la nausée et la chimiothérapie qui l’accompagne. Au contraire, les femmes peuvent prendre quelques kilogrammes en plus en raison de la phase d’inactivité qui suit l’opération. Elles peuvent toutefois, sur avis du médecin et d’un nutritionniste, se lancer dans un traitement minceur. À noter que l’amaigrissement après une hystérectomie n’est pas forcément bon pour la santé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici