Cancers: la pollution de l’air mise en cause

1
Cancers: la pollution de l’air mise en cause
9% des cancers du sein peuvent être évités en abaissant les émissions de polluants. © Adobe stock

La pollution de l’air n’a pas seulement un impact sur les cancers du poumons mais aussi sur les cancers du sein. Cinq polluants sont particulièrement en cause. On vous en dit plus.

Prévenir 9% des cancers du sein

Le cancer du sein, c’est 58 500 nouveaux cas chaque année en France et plus de 12 000 décès. Or, 9% de ces cancers du sein pourraient être prévenus si les femmes étaient exposées à des taux de dioxyde d’azote inférieurs au seuil actuel recommandé par l’OMS. C’est la conclusion de l’étude Xenair. Cette étude a été menée par le Centre Léon-Bérard (CLB) et le Centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes, avec le financement de la Fondation ARC.

Quels sont les 5 polluants en cause ?

Les cinq polluants de l’air qui augmente le risque de cancers du sein sont : le dioxyde d’azote (NO2), le benzopyrène (BaP), les polychlorobiphényles (PCB) et les particules fines PM10 et PM2,5.  Le dioxyde d’azote et les particules fines sont engendrés, essentiellement par le trafic routier. Les autres polluants sont liés aux activités industrielles et au chauffage pour les autres.

Vous habitez en ville ? 

En France, «si vous habitez en milieu urbain ou périurbain, vous êtes quotidiennement exposé au NO2 et aux particules fines», souligne le Pr Béatrice Fervers dans le journal Le Monde. Elle est médecin spécialiste et chef de département prévention cancer au Centre Léon Bérard à Lyon.

Agir sur les facteurs à risque

«La réduction des concentrations des polluants de l’air en France a le potentiel de contribuer à la prévention du cancer du sein».  Cette mesure permettrait également de faire des «économies en matière de traitement, de prise en charge, et de coût pour la société par les cancers évités» souligne les chercheurs.

Source : Etude Xenair, Centre Léon Bérard

Aucun article à afficher

1 COMMENT

  1. les riches comme les pauvres , pour une fois sont égaux devant cette polution des villes

    mais , remarquons une chose, les « beaux quartier » sont de plus en plus piéton et/ou ZFE
    ne serais-ce pas une manière de sélectionner les zones de pollution et donc de rendre ces maladies inégalitaire ????

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez saisir votre nom ici