Qu’est-ce que va changer le budget de la Sécu en 2023 ?

0
Qu’est-ce que va changer le budget de la Sécu en 2023 ?
L'aide financière pour aire garder ses enfants par une assistante maternelle sera revalorisée. © Adobe stock

Plusieurs mesures pour 2023 viennent d’être dévoilées par le gouvernement. Arrêts de travail, pension alimentaire, tabac et désert médical : que va changer cette nouvelle loi dans votre quotidien ?

Du changement dans les arrêts de travail

Le gouvernement a présenté les grandes lignes de son projet de loi de financement de la sécurité sociale (PFLSS) 2023. Dans ce projet de loi, les arrêts de travail délivrés par téléconsultation par un autre professionnel que le médecin traitant ne seront plus remboursés.

Trois mesures soutiennent les familles.

  • La pension alimentaire minimale versée par la CAF en cas de défaillance de l’autre parent. Cette pension sera revalorisée de 50 %, passant de 123 à 185 euros par mois.
  • L’aide financière à la garde d’enfants pour les familles monoparentales se poursuivra jusqu’à l’entrée au collège (elle s’arrête au CP actuellement).
  • L’aide financière pour la garde d’enfant par une assistante maternelle sera réévaluée.

La contraception d’urgence gratuite

La pilule du lendemain sera gratuite pour toutes les femmes.  «Aujourd’hui encore, une grossesse sur trois n’est pas prévue», rappelle le ministère de la Santé.

Augmentation du paquet de cigarettes

Le prix du tabac «va augmenter comme l’inflation», a expliqué la Première ministre, Élisabeth Borne. Le prix du paquet devrait passer à 11 euros. Si la fiscalité sur le tabac rapporte 13 à 14 milliards par an, il en coûte entre 20 et 26 milliards d’euros à l’Assurance maladie.

Vaccination élargie

Les pharmaciens et les infirmiers seront autorisés à prescrire des vaccins. Les sages-femmes vaccinent déjà les femmes enceintes, leurs nouveaux nés ou leur entourage. Elles seront autorisées à vacciner un plus grand nombre de personnes.

Un an d’étude en plus contre les déserts médicaux

C’est la proposition qui fait le plus grincer des dents. Le gouvernement choisit de rallonger le cursus des internes en médecine générale d’une année afin de lutter contre les déserts médicaux. D’ores et déjà, les internes s’opposent fermement à cette mesure coercitive.

Aucun article à afficher

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez saisir votre nom ici