Un bon sommeil réduit le risque d’infarctus

0
Un bon sommeil réduit le risque d’infarctus
Dormir 7 à 8 heures par nuit, sans insomnies est considéré comme un bon sommeil. © adobe stock

Vous êtes un bon dormeur ? Vous protégez votre santé cardiovasculaire. C’est que démontre une récente étude menée par le Centre de recherche cardio-vasculaire de Paris.

Diminution du risque d’AVC

Une équipe de l’Inserm vient de présenter ses travaux lors du congrès de la Société européenne de cardiologie, fin août. Leurs résultats, dévoilés par Le Figaro, affirment qu’un sommeil de qualité réduit bien le risque d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral (AVC). 7200 personnes, sans problème de santé  ont été suivies au sein d’un centre médical de prévention parisien. Ces volontaires, étaient âgés de 60 ans en moyenne, dont 40 % de femmes.

Qu’est-ce qu’une bonne nuit ?

Le Dr Aboubakari Nambiema, épidémiologiste à l’Inserm, explique au Figaro que les indicateurs d’un bon sommeil sont :

  • «Être du matin»,
  • ne pas s’assoupir pendant la journée,
  • ne jamais ou rarement avoir d’insomnies,
  • ne pas souffrir d’apnée du sommeil
  • dormir sept à huit heures par nuit. Dans le groupe suivi par les scientifiques, 8 % des participants ont déclaré un sommeil de mauvaise qualité (score total de 0 ou 1) ; 10 % ont reçu le score de 5, signalant un sommeil optimal.

Diminution du risque d’AVC

Les risques d’AVC et d’infarctus du myocarde sont diminués de 75 % chez les personnes ayant un bon sommeil, selon les indicateurs définis ci-dessus. Les chercheurs de l’Inserm ont estimé que 72 % des infarctus et AVC auraient potentiellement pu être évités en améliorant la qualité du sommeil des autres participants.

Une étude qui doit encore être confirmée

Dans cette étude, les chercheurs de l’Inserm ont mis volontairement de côté les facteurs à risque que sont le tabac, l’alcool, la sédentarité ou les antécédents familiaux de pathologies cardiaques. De plus, «il faut garder à l’esprit que notre étude pointe une association sans établir de relation causale», souligne le Dr Aboubakari Nambiema au quotidien national.

Aucun article à afficher

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez saisir votre nom ici