Coronavirus : les vaccins peuvent rallonger le cycle menstruel d’un jour

3
5610
Coronavirus : les vaccins peuvent rallonger le cycle menstruel d’un jour
Le décalage d'un jour du cycle menstruel est indiqué comme effet secondaire bénin par les chercheurs. © Adobe stock

Une étude américaine, publiée le 5 janvier, démontre que le cycle menstruel de certaines femmes peut être allongé de près d’un jour après la vaccination contre la Covid-19. Un effet secondaire bénin, selon les chercheurs. D’autant plus que la durée des règles n’est pas modifiée.

Femmes vaccinées comparées aux non vaccinées

Une vaste étude, publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology, a voulu vérifier si les vaccins contre la Covid perturbaient le cycle menstruel. Les chercheurs de l’Oregon Health & Science University ont étudié six cycles menstruels consécutifs chez 2.400 femmes de 18 à 45 ans. Elles étaient toutes vaccinées contre le coronavirus avec Pfizer (55%), Moderna (35%) et Johnson & Johnson (7%). Ces femmes ne prenaient pas de contraceptifs. Les résultats ont été mis en comparaison de 1.500 femmes non-vaccinées.

Un allongement du cycle minime

Un allongement du cycle menstruel, c’est-à-dire la période entre chaque début de règles, a bien été observé chez les femmes vaccinées. Un écart de 0,64 jours en plus lors du cycle après la première dose de vaccin et 0,79 après la deuxième. Néanmoins, Alison Edelman, auteure principale de l’étude, a souligné que tout changement dans la durée du cycle inférieur à huit jours est considéré comme normal.

«Les systèmes immunitaire et reproductif sont interconnectés»,

De nombreuses femmes ont témoigné de changements dans leurs cycle suite à leur vaccination. Pour Alison Edelman, rien d’anormal puisque «les systèmes immunitaire et reproductif sont interconnectés. Ainsi, la vaccination libère «des protéines appelées cytokines, dont nous savons par d’autres maladies qu’elles peuvent dérégler» le cycle menstruel. En revanche, cet effet secondaire reste temporaire et bénin, souligne la scientifique à l’AFP.

3 Commentaires

  1. Avez-vous noté que dans un premier temps, les médias commencent par contester la réalité des effets secondaires, puis dans un second temps admettent que les effets secondaires existent, en ajoutant qu’ils sont bénins.
    C’est ainsi que les myocardites, d’abord niées, ont finies par être reconnues, et même en décembre dernier, incluses dans le Vidal au titre des effets secondaires du vaccin.
    On a vu apparaître la notion de myocardite « bénigne ».
    Si une myocardite est qualifiée »bénigne », elle n’en constitue pas moins, dans sa définition même, une pathologie sérieuse.
    Elle se manifeste par des douleurs thoraciques, de la fièvre, des troubles du rythme cardiaque (tachycardie, insuffisance cardiaque) et une hypotension. Elle doit être prise en charge rapidement, car il existe un risque d’évanouissement (syncope), voire de mort subite.
    Il peut s’agit d’une réponse anormale du système immunitaire .

    On sait que cette réaction a été constatée principalement chez les sujets de moins de 30 ans, c’est-à-dire chez ceux qui n’avaient strictement aucun besoin du vaccin, car bénéficiant d’un système immunitaire en pleine forme, et ne développant jamais de formes graves de la maladie, sauf fragilité particulière.

    Ce sont à présent les troubles menstruels qui sont qualifiés de bénins, sans pourtant le moindre recul à long temps sur les effets du produit. De même qu’il est conseillé de vacciner les femmes enceintes, en violation de toutes les règles élémentaires en vigueur jusqu’à présent, et ce sans la moindre étude des effets à moyen ou long terme sur la santé de la mère ou de l’enfant.

    Si on y ajoute les explosions de cas après les campagnes massives de vaccination, on réalise qu’il serait temps de réfléchir à la stratégie sanitaire actuelle.

  2. La stratégie actuelle est menée par un cabinet conseil américain « MacKensy » employeur du fiston du Fabius ce dernier faisant partie des sages qui ont voté le passe Sanitaire puis se prononceront sur le passe vaccinal (argent, conflit d’intérêt, Pfizer, big Pharma,…) la santé des français et la ruine de leur caisse d’assurance viendra bien après… tant pis/tant mieux, on passera à un système de couverture privée à l’américaine et on soignera les malades de leurs effets secondaires par de nouveaux médicaments, et on remboursera aux créanciers l’argent qu’on emprunte maintenant pour sauvegarder notre économie…! objectifs de la stratégie à long terme… tout cela grâce à la Macronie et ses aficionados… à suivre

  3. Cet article est une plaisanterie : Il prend les gens pour des imbéciles.
    Rien qu’autour de moi, il y a des femmes qui, après leurs injections, n’ont plus eu de règles pendant 6 mois, d’autres qui les ont eu plusieurs jours avant la date normale, et même une qui a fait une fausse couche.
    Ca fait beaucoup, non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici