Spondylarthrite Ankylosante

0
4335
Spondylarthrite ankylosante : mal de dos

Définition de la spondylarthrite ankylosante

La spondylarthrite ankylosante est une maladie rhumatismale qui atteint surtout le rachis cervical et sacral. Elle touche surtout les jeunes hommes entre 20 et 40 ans. 

Elle se traduit par des douleurs et une raideur des articulations. Le signe le plus caractéristique de la spondylarthrite ankylosante (SA) est une douleur dans le bas de la colonne vertébrale, aux articulations sacro-iliaques correspondant à la jonction entre le sacrum et le bassin.

Cependant, la maladie peut aussi avoir des manifestations inflammatoires extra-articulaires comme au niveau des yeux ou du système digestif.

Il s’agit d’une maladie chronique et évolutive, qui conduit à un enraidissement progressif des articulations voir la soudure des jonctions, c’est ce qu’on appelle une ankylose. 

L’objectif est de faire au plus vite le diagnostic permettant de traiter au plus vite le patient évitant l’aspect ankylosant de la maladie. 

Spondylarthrite Ankylosante : Prévalence

La spondylarthrite ankylosante est une maladie relativement rare qui touche surtout des jeunes hommes, par ailleurs en bonne santé.

 La maladie est environ 3 fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.

Causes

La cause exacte de la spondylarthrite ankylosante n’est pas connue. Il s’agit d’une maladie inflammatoire, c’est-à-dire qu’elle abîme les articulations et réveille le patient la nuit. 

La maladie est probablement liée à un ensemble de facteurs génétiques et environnementaux :

  • Facteurs génétiques : la spondylarthrite ankylosante survient surtout chez les personnes qui possèdent un gène particulier, appelé HLA-B27.Il s’agit d’un facteur prédisposant et nullement une cause de la maladie car il déjà présent chez 6 % de la population et chez 93 % des personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante.
  • Facteurs extérieurs : les chercheurs pensent que des facteurs environnementaux jouent un rôle dans le déclenchement de la maladie chez les personnes génétiquement prédisposées. Il pourrait notamment s’agir de bactéries, responsables d’infections digestives (bactéries Klebsiella) ou génitales, qui entraîneraient des modifications du système immunitaire et déclencheraient la maladie.
Spondylarthrite ankylosante : douleur au bas du dos

Spondylarthrite Ankylosante : Complications

Il s’agit d’une maladie qui détériore les articulations aboutissant à une soudure de ces articulations souvent axiales (colonne verticale). 

Cette maladie peut entrainer des maladies cardiovasculaires

Les symptômes :

  • Les symptômes se présentent souvent par des douleurs au niveau du dos ou du bassin réveillant le patient la nuit.
  • Un dérouillage matinale avec une difficulté à faire les mouvements puis une amélioration remarquée lors de la mobilisation. 
  •  La maladie peut aussi commencer par une douleur au talon, au genou ou à la cheville, ou par le gonflement d’un doigt ou d’un orteil (dactylite);
  • On peut avoir également une inflammation de l’œil (uvéite) qui peut être le déclencheur des douleurs.

Évolution des symptômes

La spondylarthrite ankylosante reste une maladie qui évolue par poussées, entrecoupées de périodes où les symptômes demeurent moins marqués, et qui parfois disparaissent. Toutefois, même en cas de rémission totale, les rechutes sont extrêmement fréquente.

La maladie peut parfois se traduire uniquement par des douleurs et une raideur dans le dos. D’autres symptômes peuvent être présents selon les cas :

  • Capacité de mouvement du dos et du thorax diminuée, ce qui peut parfois gêner la respiration. 
  • Douleur lors d’une toux ou d’une inspiration profonde retrouvé au niveau des articulations.
  • Atteinte des articulations des membres supérieurs et inférieurs surtout au niveau des jointures articulaires. 
  • Fatigue, perte d’appétit et de poids, fièvre dans de rares cas;
  • Inflammation d’un œil (œil rouge et douloureux);
  • Diarrhée ; constipation ; ballonnement 
  • Attitude vicieuse en cyphose : dos courbé.
Spondylarthrite ankylosante : douleur au cervicale

Traitements antidouleur

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Les AINS sont le traitement de base de la spondylarthrite. Ils permettent de réduire la douleur et l’inflammation.

 Ils comprennent en première intention : 

Le naproxène, le diclofénac et le piroxicam qui doivent rester prescrits par le médecin car ce sont des AINS beaucoup plus puissants que ceux en vente libre.

Le traitement par AINS demeure généralement prescrit jusqu’à ce que la douleur et la raideur articulaires s’estompent, parfois pendant plusieurs semaines.

Injections de corticoïdes ➡ En cas de douleur intense, le médecin peut injecter de la cortisone, directement dans les articulations douloureuses. Il s’agit d’anti-inflammatoires stéroïdiens action rapide.

Traitements de fond

Lorsque les AINS ne suffisent pas à atténuer les symptômes, un traitement de fond peut être prescrit. Il s’agit des biothérapies

  • Sulfasalazine. Ce médicament reste parfois utilisé lorsque les articulations des membres sont touchées, mais il n’est pas très efficace contre les douleurs de la colonne vertébrale. Attention aux effets indésirables graves; 
  • Le méthotrexate peut également intervenir sur cette pathologie.
  • Les anti-TNF (Tumor Necrosis Factor) alpha, aussi appelés modificateurs de la réponse biologique, restent des médicaments récents très utilisés pour le traitement des rhumatismes inflammatoires. 
  • En cas de spondylarthrite ankylosante, l’étanercept  et l’infliximab sont couramment prescrits. Ils demeurent prescrits en deuxième intention car le prix reste très élevé. 

La kinésithérapie : elle fait partie intégrante de la prise en charge. 

En savoir plus :

? Cette fiche ne dispense pas d’une consultation médicale ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici