Moins d’aliments ultra-transformés fait baisser le risque de cancer

0
Moins d’aliments ultra-transformés fait baisser le risque de cancer
Moins d’aliments ultra-transformés fait baisser le risque de cancer. © Adobe stock

C’est une bonne nouvelle : selon le Centre international de recherche sur le cancer, en remplaçant les aliments ultra-transformés par des produits frais, vous diminuez le risque de plusieurs cancers.

Remplacer 10 % des aliments transformés suffit

Remplacer la consommation d’aliments transformés par une quantité équivalente de produits frais abaisse le risque de plusieurs cancers. C’est ce que confirme une large étude menée par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Les chercheurs ont démontré que remplacer 10 % d’aliments transformés par 10% d’aliments frais réduit le risque des cancers ORL, digestifs (œsophage, côlon, rectum, foie) et du cancer sein à la ménopause. Les résultats sont issus de la cohorte prospective Epic, avec plus de 450 000 personnes dans 10 pays européens. Les résultats ont été publiés dans The Lancet Planetary Health.

C’est quoi un aliment ultra-transformé ?

Le degré de transformation des aliments est évalué grâce à la classification Nova. Le groupe 1 correspond à des aliments naturels : fruits et légumes frais, surgelés ou séchés,  graines, farine, pâtes, viande, lait, café et haricots. Le groupe 2 comprend les huiles, les graisses, le sucre et le sel. Le groupe 3 englobe les aliments transformés : fromages, pains, bière, vin, poisson fumé.

Découvrez aussi :  Pourquoi ce jus de fruits est déconseillé aux enfants ?

Aliments ultra-transformés avec additifs

Le groupe 4 est celui des aliments ultra-transformés, industriels, avec ajout de sel, de sucres, de graisses et d’additifs  : saucisses, jambon, produits à base de viande, boissons sucrées, pains et brioches industrielles, snacks sucrés et salés, chocolat et plats à emporter.
Dans l’étude du Circ, les chercheurs observent que l’apport des produits ultra-transformés représente 32 % de l’apporté énergétique quotidien. «Mais, actuellement, cela pourrait représenter 60 % (…) dans les pays européens», ajoutent-ils.

Aucun article à afficher

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

Articles Similaires