Covid : les troubles anxiodépressifs perdurent 16 mois après une forme modérée

2
Covid : les troubles anxiodépressifs perdurent 16 mois après une forme modérée
Les personnes infectées par la Covid-19 ont plus de risque de souffrir d'anxiété et de dépression. © Adobe stock

Les scientifiques continuent d’étudier les conséquences des formes légères de la Covid-19. Selon une nouvelle étude, les troubles anxieux et  dépressifs perdurent très longtemps après l’infection. Quelles sont les conséquences au quotidien ?

Cloué au lit pendant une semaine ?

Si vous avez gardé le lit une semaine à cause de la Covid-19, vous avez développé une forme modérée. Or, cette forme modérée est associée à un plus grand risque de troubles dépressifs. Et ce jusqu’à 16 mois après l’infection. C’est le constat d’une étude publiée dans The Lancet Public Health. «Il s’agit de la première étude portant sur des patients non hospitalisés atteints de la Covid-19 dans la population générale jusqu’à 16 mois après le diagnostic», soulignent les auteurs.

Deux fois plus de trouble dépressif et d’anxiété

Les scientifiques ont décortiqué les données de près de 250.000 personnes[1] entre mars 2020 et août 2021. 4 % d’entre elles ont été positives à la Covid-19. Les personnes touchées par une forme modérée de la Covid-19 ont développé deux fois plus de symptômes dépressifs et anxieux que celles non infectées (Entre 50 et 60 %).  Au quotidien, ces symptômes altèrent la qualité du sommeil, et la vie sociale des patients.

Dépression et anxiété sur le long terme

Les symptômes dépressifs et anxieux vont-ils s’atténuer avec le temps ? Les scientifiques font référence aux précédentes études menées lors de précédentes épidémies d’autres maladies infectieuses. «Une forte prévalence de ces symptômes a été observée jusqu’à 4 ans après le diagnostic de syndrome respiratoire aigu sévère en 2003», écrivent-ils.

Les raisons de ces troubles dépressifs

Les chercheurs essayent de comprendre pourquoi les patients Covid seraient plus anxieux que ceux non infectés. Cela «peut s’expliquer par une combinaison entre l’inquiétude sur les effets à long terme pour la santé, la crainte d’avoir infecté des proches et la persistance de symptômes physiques (Covid long) qui peuvent isoler et contribuer à un sentiment d’abandon», supposent-ils.

Combien de Français souffrent d’un Covid-long ?

Selon le ministre de la Santé, interrogé mercredi 16 mars sur France info, les français qui souffrent d’un Covid-long sont «plusieurs dizaines de milliers, peut-être 60 à 70 000». «95% des demandes de reconnaissance en affection longue durée» pour un Covid long «sont acceptées par l’Assurance maladie», a-t-il précisé.

[1] Etude menée dans 6 pays différents : Danemark, Estonie, Islande, Norvège, Suède et Grande-Bretagne.

Aucun article à afficher

2 COMMENTS

  1. pour moi c est aussi le manque de sortie resto amis obliges de reste cloitre qui rend tous le monde malade meme ceux qu ont pas u le covid sont en depression

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez saisir votre nom ici