Tout savoir sur l’opération de l’épine calcanéenne

0
Tout savoir sur l’opération de l’épine calcanéenne

L’épine calcanéenne est une excroissance osseuse qui se développe au niveau du talon. Comment soulager cette affection et quelles sont les opérations proposées pour resorber une épine calcanéenne ? La réponse juste ici.

Qu’est-ce qu’une épine calcanéenne ?

Une épine calcanéenne est une excroissance osseuse à l’arrière de l’os du talon. Elle est liée à plusieurs facteurs. Les blessures, les traumatismes ou encore la dégénérescence du ligament du fascias plantaire peuvent être responsables de cette affection. Cependant, ce n’est pas les seules causes de son développement. Le ligament du fascia plantaire débute au niveau de l’orteil et s’étend au talon. Son rôle est d’aider à soutenir la voûte plantaire.

L’épine calcanéenne peut également être causée par une affection appelée fasciite plantaire, qui est une inflammation de ce ligament. Alors comment se forme cette épine au niveau du pied ?

Une petite pointe anormale se forme sur le calcanéum. Rappelons que le calcanéum est la partie osseuse du talon. Celle-ci se forme selon deux caractéristiques. Les microtraumatismes exercés de manière répétée entraînent une faiblesse osseuse. Tandis que ces derniers favorisent le dépôt de calcium dans la zone fragile.

Au fur à mesure du temps, les tendons ainsi que le fascias se fragilisent et se calcifient. Sans l’élimination de ce calcium accumulé sur l’os, celui-ci provoque des excroissances et notamment la formation d’épines calcanéenne. Si vous vous posez la question, il est en effet possible d’avoir plusieurs épines sur le talon du pied.

Le talon a un rôle très important dans le pied puisqu’il permet l’appui et le soutien de la jambe et du corps. De ce fait, il assure la stabilité et participe à l’équilibre. Cependant, cette zone du corps est particulièrement vulnérable face aux inflammations.

En station debout et notamment pendant la marche, l’ensemble du poids du corps repose sur le calcaneum. En mouvement, la charge est moins importante mais reste tout de même élevée. Elle peut être égale à 20 fois le poids du corps.

Évidemment certains facteurs comme des déséquilibres musculo_squelettiques ou une surcharge pondérale peut avoir un impact sur la résistance du talon et du fascias. Mais le corps est bien fait et la graisse présente sous les pieds permet d’amortir les chocs et de protéger les talons de traumatismes.

Alors comment se forment les épines calcanéennes ? Prenons l’exemple d’un athlète. Celui-ci à l’habitude de faire de nombreux efforts physiques et à repousser les limites de son corps. Si l’athlète est mal échauffé ou mal chaussé, les différents traumatismes exercés sur ses mollets, sa cheville et ses talons vont entraîner des faiblesses au niveau du talon. Et c’est également la même chose lorsqu’une personne inactive reprend une activité sportive intense. Les diverses tensions s’accumulent et la surcharge musculaire a une incidence sur les muscles de la plante du pied.

Et si cela se répète dans le temps alors le fascia plantaire développe des micros déchirures ce qui favorisent le développement d’épines calcanéennes. Il faut donc retenir que toutes les inflammations et les mouvements répétés stimulent les cellules responsables de l’ossification et dans le même cas favorisent le dépôt de calciums dans les fissures existantes.

Les causes de l’épine calcanéenne

L’épine calcanéenne est une excroissance constituée de calcium situé à l’arrière de l’os du talon. Celle-ci peut être causée par divers facteurs :

  • blessures à l’arrière du pied
  • port de talons haut
  • Prédispositions héréditaires ;
  • Surpoids / obésité / surcharge pondérale  ;
  • Morphologie du pied (pieds plats… ) ;
  • Chaussures inadaptées ;
  • Marche pieds nus fréquente ;
  • Pratique sportive avec forts impacts sur le sol (course à pied, danse, etc.) ;
  • Traumatismes ;
  • Arthrite ;
  • Activité professionnelle avec port de charges lourdes ou longues périodes de stationnement debout.

Le traitement de l’épine calcanéenne repose sur plusieurs critères. Avant toute chose, il est important de consulter votre médecin traitant. Celui-ci sera le plus à même de vous conseiller dans les démarches à suivre. Le premier traitement consiste à porter des orthèses plantaires adaptées pour protéger le pied et éviter le développement de nouvelles épines.

Bien entendu, il est conseillé d’arrêter les activités physiques notamment les pratiques sportives qui nécessitent un contact prolongé avec le sol. Il vous faut clairement du repos et laisser à votre talon le temps de se reposer et de retrouver sa force musculaire.

Bien sûr, l’arrêt du sport n’entraîne pas forcément une incapacité mobile. En cas d’épines calcanéenne, ils peuvent vous êtres proposés un traitement par ultrasons complétés de séances d’étirements avec un kinésithérapeute.

Malgré tout cela, il est possible que l’épine soit toujours douloureuse. ll faudra possiblement envisager des infiltrations voire même des opérations.

Les types d’opérations de l’épine calcanéenne ?

Pour soigner une épine calcanéenne plusieurs techniques chirurgicales existent :

  • La chirurgie mini-invasive consiste à réaliser une résection de l’épine calcanéenne par une mini incision du talon. Son extraction se fera à l’aide d’une fraise sous contrôle radiographique. L’anesthésie se fera de manière générale ou locorégionale
  • Une aponévrotomie endoscopique plantaire est réalisée le plus souvent sous anesthésie locorégionale. Elle dure environ 15 et 30 minutes. Le chirurgien effectue une courte incision horizontale à la face interne du pied. Celle-ci va permettre de couper de manière totale ou partielle de l’aponévrose plantaire. Cette opération se réalise soit par endoscopie soit par abord conventionnel.

La méthode sélectionnée dépend à la fois du profil du patient, de son état de santé, de son diagnostic et du choix d’opérations du spécialiste.

Quelles sont les modalités de préparation à l’opération ?

Comme avant toute opération, un bilan pré-opératoire est réalisé afin de confirmer le diagnostic. Le bilan pré-opératoire consiste à réaliser un examen biomécanique, des radiographies complémentaires ainsi qu’une échographie. Si besoin et en cas de doute, une IRM peut être recommandée afin d’éliminer toute autre affection possible. Bien évidemment, votre chirurgien vous orientera vers une consultation avec un médecin anesthésiste. Celle-ci est obligatoire.

Ensuite un jour et une heure sont fixés pour l’opération de votre épine calcanéenne. Bien souvent, celle-ci est réalisée en ambulatoire et sous anesthésie locorégionale. Bien que l’opération soit réalisée en ambulatoire, il est préférable de faire appel à quelqu’un pour venir vous chercher et vous aider à la marche. Si besoin et sur demande du patient, l’anesthésie locorégionale peut être complétée d’une anesthésie générale.

En ce qui concerne l’opération, celle-ci dépend du type d’intervention choisie. Comme nous avons pu vous l’expliquer un peu plus haut, il existe deux types d’opérations : la chirurgie mini-invasive et l’aponévrotomie endoscopique plantaire.

Ces deux opérations sont efficaces pour traiter une épine calcanéenne, la première consiste à réaliser une petite incision sous le talon et effectuer l’opération sous contrôle radiologique. Dans le cas de l’aponévrotomie plantaire, le chirurgien réalise deux petites sections sur chacun des côtés du talon. Avec une caméra, celui-ci permet de visualiser l’épine et la réduire à l’aide d’un fascia.

Quels sont les possibles effets secondaires ?

Ce type d’opérations est généralement sans gravité. Cependant, certains effets secondaires peuvent apparaître tels qu’un gonflement, une mauvaise cicatrisation ou une irritation. Il arrive également que malgré l’opération, l’épine calcanéenne réapparaisse et que les douleurs ne soient pas soulagées.

Quels sont les conseils post-opératoires ?

Suite à une opération de l’épine calcanéenne, il est conseillé de reprendre la marche sans attendre. En fonction des patients et de l’état de santé, un traitement anticoagulant peut être prescrit par le médecin chirurgien. En cas de besoins des antalgiques sont prescrits pour limiter la douleur dans les jours qui suivent l’intervention chirurgicale.

Malgré les antalgiques, la douleur peut persister encore quelques semaines après l’opération. Veillez à reprendre le sport progressivement dans les mois qui viennent et à porter de bonnes chaussures.

Enfin et selon l’avis de votre médecine, des orthèses plantaires peuvent vous être prescrites pour soutenir la voûte plantaire et éviter la formation de micro-déchirures au niveau du pied.

 

Aucun article à afficher

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez saisir votre nom ici