fallback-image

Crise d’angoisse aigue et attaque de panique

L’attaque de panique est un épisode aigu d’anxiété, bien délimité dans le temps. Il s’agit d’une situation fréquente en pratique. Il s’agit d’une pathologie à part entière. Elle peut intervenir alors que le patient n’a aucun antécédent. Elle peut également être secondaire à un trouble psychiatrique.

1. Épidémiologie

Il s’agit d’une pathologie fréquente puisqu’on estime qu’une personne sur vingt fera une crise d’angoisse aiguë au cours de sa vie.
Les patients viennent, dans la plupart des cas, aux urgences car cette pathologie montre souvent des symptômes d’allure organique et non psychiatrique.Le terrain le plus fréquent est l’adulte jeune avec une prédominance féminine.

2. Les signes d’une attaque de panique

La symptomatologie est marquée par des symptômes physiques et comportementaux.

Son début est brutal avec une intensité maximale des symptômes atteinte rapidement.
L’attaque de panique dure environ 30 min. Le patient peut avoir une asthénie (très grande fatigue) post crise.

La description des symptômes se caractérise par

  • – une dyspnée avec sensation d’étouffement et surtout blocage respiratoire pouvant entrainer une hyperventilation,
  • – une tachycardie et des palpitations sont fréquemment rencontrées,
  • – des sensations d’oppression thoracique voire de véritables douleurs,
  • – des sueurs,
  • – des tremblements,
  • – des pleurs,
  • – des vertiges.

Les symptômes digestifs peuvent également être présents avec des douleurs abdominales, des nausées/vomissements ou de la diarrhée.

Les symptômes psychiques sont illustrés de cette manière :

  • – pensées catastrophistes avec une peur intense et une sensation de perte de contrôle.
  • – le patient a peur de devenir fou.

3. Définition :

Il doit s’agir d’un malaise d’une durée courte, et nécessite la présence d’au moins 4 de ces symptômes :

  • * Palpitations, battements de cœur ou accélération du rythme cardiaque.
  • * Transpiration.
  • * Tremblements ou secousses musculaires.
  • * Sensations de souffle coupé ou impression d’étouffement.
  • * Sensation d’étranglement.
  • * Douleur ou gène thoracique.
  • * Nausée ou gène abdominale.
  • * Sensation de vertige, d’instabilité, de tête vide ou impression d’évanouissement.
  • * Déréalisation (sentiment d’irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi).
  • * Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou.
  • * Peur de mourir.
  • * Paresthésies (sensations d’engourdissement ou de picotements).
  • * Frissons ou bouff.es de chaleur.

4. Le traitement d’une attaque de panique

– Prise en charge en urgence

– La prise en charge non médicamenteuse fait partie intégrante de la prise en charge :

  • A/ Mise en condition : installation au calme
  • B/ Réassurance du patient : informer sur l’absence de danger de mort, sur le caractère spontanément résolutif de l’attaque de panique. Il s’agit ici de reconnaître la souffrance subjective du patient. Les symptômes sont réels et particulièrement désagréables, mais pas graves dans le sens d’un danger de mort.
  • C/ Mesures de contrôle respiratoire : elles permettent de refocaliser l’attention du patient et de limiter l’hyperventilation.

– Traitement pharmacologique

 Le traitement de référence est la prescription d’une benzodiazépine par voie orale.
Exemples : Alprazolam (Xanax.) 0,25 à 0,5 mg per os en une prise .à renouveler si nécessaire

– Hospitalisation en psychiatrie

En règle générale, le patient ne présente aucun intérêt à être hospitalisé. Cependant, une hospitalisation pourra être envisagée en cas dépression ou encore risque suicidaire.

Catégories

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

fallback-image

Troubles de la sexualité

fallback-image

Trouble psychique du post partum

fallback-image

Délire aigue

fallback-image

Crise suicidaire