Troubles phobiques

0
1781
Troubles Phobiques : femme
woman hand stop

Les troubles phobiques dont une phobie se caractérise par une peur très intense et souvent incontrôlable déclenchée par la confrontation à un objet ou une situation bien définie.
Lorsque le sujet est confronté à l’objet ou à la situation redoutée, on appelle cette situation : « phobogène ». Ils font partis des pathologies psychiatriques.

Cette peur entraîne donc fréquemment des conduites d’évitement qui peuvent avoir un retentissement important sur le fonctionnement de la personne.

Épidémiologie des Troubles phobiques

Les phobies sont parmi les pathologies psychiatriques les plus fréquentes. Aussi, au cours de leur vie, 10 à 12 % des sujets présenteront une phobie spécifique. Et environ 5 % une phobie sociale.

Signes des troubles phobiques

Les phobies correspondent à une crainte irraisonnée et incontrôlable d’un objet ou d’une situation bien définie. En effet, le contact, la vue de l’objet redouté ou même sa simple évocation peut suffire. Cette peur apparaît donc disproportionnée par rapport à la menace réelle.

Les deux réactions ainsi décrites devant cette peur :

  • la sidération,
  • les comportements d’évitement.

Le sujet peut aussi être hyper vigilant et anxieux pour s’assurer de l’absence de l’objet phobogène.
En outre, les phobies les plus fréquentes concernent les animaux. C’est ce qu’on appelle ainsi la zoophobie. On peut également retrouver les actes médicaux comme la peur du sang…

Troubles Phobiques : Araignée
Spinnenangst – Arachnophobie

LES CAS PARTICULIERS

La phobie sociale est la crainte d’agir de façon embarrassante ou humiliante sous le regard et le jugement d’autrui. Elle peut donc, contrairement aux phobies spécifiques (limitées à un seul objet bien défini), s’étendre à un grand nombre de situations différentes :

  • peur des interactions sociales,
  • la peur de manger ou de boire en public,
  • et la peur de parler ou de se produire en public.

Des symptômes physiques demeureront décrits : tachycardie, rougeur, polypnée, tremblements, sueurs  associés lorsque le sujet est confronté aux situations redoutées. Dans les situations extrêmes, une attaque de panique peut survenir.

La phobie sociale peut entrainer des troubles des relations sociales et un isolement du patient.
Pour poser le diagnostic, le patient doit avec une peur persistante devant la situation spécifique, intense et irraisonnée. L’anxiété paroxystique réactionnelle à l’exposition de l’objet.

Les évitements et l’anticipation de la situation anxieuse aura un retentissement sur la vie de la personne atteinte.

Le trouble phobique apparaît souvent durant l’enfance et s’atténue en général à l’âge adulte. En cas de persistance à l’âge adulte, l’évolution est alors le plus souvent chronique, et ne s’estompe que dans 20 % des cas.
Elle peut apparaitre de manière fortuite ou après une expérience stressante ou humiliante.

PHOBIE AVION
Young Woman Praying For Safe Landing In Airplane

TRAITEMENTS DES TROUBLES PHOBIQUES

Traitement non pharmacologique

La prise en charge des troubles phobiques se fait en ambulatoire et repose en premier lieu sur une prise en charge psychothérapeutique.

  • les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont validées et efficaces dans le traitement des troubles phobiques,
  • les thérapies de groupe sont les plus efficaces, car elles permettent des exercices d’exposition au public, des jeux de rôle et un apprentissage de l’affirmation de soi.

Traitement pharmacologique

Aucun traitement médicamenteux n’est efficace contre les phobies spécifiques. Les anxiolytiques restent souvent utilisés ponctuellement. Mais ne modifient pas le trouble phobique au long cours et exposent à un risque de dépendance.

En revanche, dans la prise en charge des phobies sociales sévères, le recours aux anti dépresseurs de type inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. La paroxetine (nom d’un antidépresseur) peut permettre de diminuer les anticipations anxieuses et les activations émotionnelles en situation sociale.
Ils restent prescrits sur plusieurs mois, selon les mêmes modalités que dans l’épisode dépressif caractérisé. Ceci facilitera alors les expositions et donc le travail psychothérapeutique.

En savoir plus :

🔔 Cette fiche ne dispense pas d’une consultation médicale 🔔

Article précédentTroubles anxieux et psychiatriques chez le sujet âgé
Article suivantTrouble schizophrénique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici