Produits bio : un risque moindre de diabète

Produits bio : un risque moindre de diabète

Le risque de diabète de type 2 est réduit de 35 % chez les plus gros consommateurs de produits issus de l’agriculture bio. L’effet est significatif chez les femmes. Ces données proviennent de la cohorte NutriNet qui suit dans le temps 170 000 volontaires. L’étude a été publiée lundi 9 novembre dans la revue scientifique International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity.

Volontaires franco-américains

La cohorte NutriNet-Santé est l’une des plus importante au monde et elle est franco-américaine. Le chercheurs ont voulu étudier les bénéfices sanitaires liés à la consommation des produits issus de l’agriculture biologique. dans une

À lire aussi : Nutrition : des aliments anti-cancer

L’étude a porté sur 33 256 membres de la cohorte. Car seuls ceux qui ont répondu à un questionnaire très détaillé sur la nature de leur consommation ont été inclus. « Cela nous a permis d’avoir une estimation très fine de la quantité de chaque type de produit consommé : produits végétaux, animaux, bio ou non, etc. », explique l’épidémiologiste Emmanuelle Kesse-Guyot de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, (Inrae).

Les femmes plus réceptives

Pour les scientifiques, cet impact sur la santé serait lié aux perturbateurs endocriniens (PE) de certains pesticides. Des produits chimiques qui persistent en plus grande quantité dans les produits végétaux conventionnels. En effet, certains PE perturbent le métabolisme – c’est-à-dire la faculté des organismes à «brûler» les graisses et les sucres – et favorisent le diabète et l’obésité.

À lire aussi : Prendre soin de son microbiote

Le chiffre de 35 % de réduction du risque de développer un diabète de type II « masque cependant de fortes disparités, prévient Mme Kesse-Guyot. Nous voyons un effet particulièrement marqué chez les femmes, avec une réduction du risque de 65 % chez les plus grandes consommatrices de produits bio, mais pas d’effet statistiquement significatif chez les hommes, qui représentent 24 % de la cohorte. »

Catégories

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Charcuterie :  taxer les sels de nitrites

Charcuterie : taxer les sels de nitrites

Nutrition : de nouvelles recommandations  pour les enfants

Nutrition : de nouvelles recommandations pour les enfants

La vitamine D : comment ne pas être en carence ?

La vitamine D : comment ne pas être en carence ?

Nutrition et télétravail : garder de bonnes habitudes

Nutrition et télétravail : garder de bonnes habitudes