Eczéma de contact – Dermatologie

2
581
Eczéma de contact : gratte le dos

Définition : Eczéma de contact

L’eczéma de contact est une maladie liée à la dermatologie, c’est ainsi une dermatose inflammatoire et prurigineuse.

Physiopathologie

Réaction d’hypersensibilité, déclenchée par le contact avec la peau, et aussi d’une substance chimique.

Phase de sensibilisation

Le plus souvent il s’agit d’un allergène qui vient se fixer à la peau, en effet c’est ce qu’on appelle un haptène.

La première phase est cliniquement asymptomatique, elle dure ainsi de quelques jours à plusieurs années.
De plus, l’exposition à des irritants fragilisant la fonction barrière de la peau facilite la pénétration et la réaction allergique.

Phase de révélation

Elle se déroule aussi chez un sujet déjà sensibilisé, 24-48h après le premier contact.
Il y a reconnaissance de l’allergène par un lymphocyte T mémoires spécifiques, entrainant une prolifération des Lymphocytes T, puis la sécrétion des cytokines pro-inflammatoires (IL-2, IL-17, TNF béta, IFN gamma) entrainant un réaction inflammatoire.

Eczéma de contact  : psoriasis

Clinique : Eczéma de contact

Forme typique: eczéma aigu

Elle est caractérisée ainsi par des lésions très prurigineuses et des placards érythémateux à contours émiettés.

Les 4 phases de l’eczéma :

  • érythémateuses
  • vésiculeuse: remplies de liquide clair, confluant parfois en bulles
  • suintante: rupture des vésicules, spontanément ou après grattage
  • croûteuse ou desquamative suivi d’une guérison sans cicatrice

D’autres fois, on observe un aspect très œdémateux sur le visage, les paupières, les organes génitaux externes, les paumes. En effet, la couche cornée est plus épaisse, la rupture des vésicules est plus difficile. Cela donne aussi des vésicules prurigineuses dures et enchâssées (aspect de dysidrose)

  • Eczéma lichénifié: épaississement de la peau par le grattage
  • Eczéma chronique paumes et plantes sont des lésions fréquemment fissuraires et hyperkératosiques : la kératodermie palmoplantaire

Causes : Eczéma de contact

Les allergènes les plus fréquents sont ainsi les métaux, le nickel.

Causes professionnelles

Les eczémas professionnels sont les plus fréquentes maladies professionnelles.

En effet, ils débutent et prédominent aux mains, s’améliorent pendant les congés
Les coiffeurs, les maçons, les professionnels de la santé, les horticulteurs sont aussi particulièrement concernés.

Causes médicamenteuse

La réaction touche la zone d’application mais s’étend aussi à distance

Exemple de médicaments qui peuvent être responsables d’un eczéma de contact : Néomycine, antiseptiques, sparadrap, topiques antiprurigineux, baume du Pérou, AINS.
Les dermocorticoïdes peuvent aussi induire des sensibilisations.

Les cosmétiques

Les parfums, conservateurs, excipient présents dans les produits cosmétiques peuvent entrainer un eczéma de contact. Les vernis, déo, shampoing et  laques peuvent aussi en être la cause.

Causes vestimentaires

Eczéma sur le tronc et plis causé par les colorants ou la matière des textiles.
De plus, la présence de l’eczéma sur les pieds causé par le cuir, la colle des chaussures ou la caoutchouc.
Eczéma sur les poignets, les doigts, le cou causé ainsi par les bijoux fantaisie ou accessoires à base de Nickel

Photoallergène

Eczéma de contact peut se produire après l’irradiation par les UV. L’eczéma de contact débute et prédomine alors sur les zones photoexposées (visage, oreille, dos des mains, décolleté)

Eczéma de contact : Mains

Eczéma de contact : Complications

L’éviction de l’allergène est primordiale et peut être suffisant avec une guérison sans cicatrice en 7-15 jours

Une impétiginisation, peut aussi intervenir. Il s’agit d’une surinfection, à distinguer des croûtes.

L’érythrodermie avec généralisation progressive est ainsi possible associé à de la fièvre et des frissons

Traitement : Eczéma de contact

Dermocorticoïdes d’activité forte à très forte pendant 1 à 2 semaines
Une brève corticothérapie générale est très rarement utile. Seulement pour les poussées suraiguë et/ou une atteinte diffuse.

Une allergie de contact à une classe de cortico locaux contre-indique la même classe sous forme topique et générale car il y a un risque de toxidermie

  • Un Antihistaminiques sédatifs peuvent calmer le prurit
  • En cas d’impétiginisation: une antibiothérapie générale est recommandée. Il faut éviter les antibiotiques locaux

En savoir plus :

🔔 Cette fiche ne dispense pas d’une consultation médicale 🔔

Article précédentAcroangidermite – Ulcère
Article suivantOù les Français attrapent-ils la Covid-19 ?

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici