fallback-image

Délire aigue

1. Définition du délire aigu

Une idée délirante est une croyance erronée fondée sur une déduction incorrecte concernant la réalité extérieure. Elle est fermement soutenue en dépit de l’opinion très généralement partagée et de tout ce qui constitue une preuve incontestable que cette croyance est fausse. Il ne s’agit pas d’une croyance habituellement partagée par les autres membres dugroupe ou du sous-groupe culturel du sujet

2. Les mécanismes de délire aigu

Il s’agit du mode d’élaboration et d’organisation du délire. Il existe 4 types de mécanismes de l’origine des idées délirantes :

  • – le mécanisme interprétatif,
  • – celui hallucinatoire,
  • – celui intuitif,
  • – celui imaginatif.

L’adhésion aux idées délirantes, qui correspond au degré de conviction attachée à ces idées, est variable mais peut être élevée.
Lorsque la conviction est inébranlable, inaccessible au raisonnement et aux critiques, l’adhésion est dite totale.

3. Les symptômes

La présence associée d’hallucinations doit être recherchée. Cela peut être des signes auditifs, visuels..
La présence d’un syndrome de désorganisation des idées du patient doit être recherché.

De manière systématique, il faut explorer la symptomatologie thymique (troubles de l’humeur), et si possible déterminerla chronologie d’apparition des symptômes thymiques et psychotiques.

4. Les causes du délire aigu.

  • – Chez la personne âgée, toujours rechercher une cause iatrogène, un trouble hydro-électrolytique, une infection.
  • – Chez le jeunes les causes toxiques (intoxication ou sevrage), iatrogène, infectieuse, sont recherchées en priorité.

A/ En l’absence de pathologie non-psychiatrique retrouvée, plusieurs possibilités de diagnostics psychiatriques peuvent être évoquées :

  • – un épisode dépressif caractérisé avec caractéristiques psychotiques,
  • – une humeur triste le plus souvent avec un sentiment de culpabilité.

B/ En présence d’autres symptômes psychotiques associés, le diagnostic peut être un trouble psychotique bref.

Dans le diagnostic du délire le patient est vu en urgence, le plus souvent dansle cadre d’une agitation ou d’un passage à l’acte tentative de suicide, alors que les symptômes psychotiques évoluent depuis plusieurs mois, voire plusieurs années.

5. Le traitement

La prise en charge d’un état délirant aigu rejoint celle d’un état d’agitation aigu, à savoir :

– hospitalisation, avec ou sans consentement ;
– prévention d’un passage à l’acte;
– surveillance de passage agressif envers soi-même ou encore envers autrui.
– traitements pharmacologiques :

  • – traitement anxio-sédatif par benzodiazépines par voie orale,
  • – antipsychotiques
  • – visée sédative par voie orale,
  • – visée intramusculaire en cas de refus et de miseen danger du patient ou de l’entourage;

La pris en charge passe aussi par le traitement non médicamenteux :

  • – climat de confiance,
  • – espace calme et peu éclairé pour le patient,
  • – alliance thérapeutique,
  • – éviter au maximum les mesures de contention.

Catégories

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

fallback-image

Troubles de la sexualité

fallback-image

Trouble psychique du post partum

fallback-image

Crise suicidaire

fallback-image

Crise d’angoisse aigue et attaque de panique