fallback-image

Trouble bipolaire

1. INTRODUCTION :

Le trouble bipolaire est un trouble grave de l’humeur, caractérisé par une alternance d’hyperactivité et d’état dépressif. Ces épisodes « maniaco-dépressifs » sont entrecoupés de périodes pendant laquelle l’humeur est normale et stable, pendant des durées variables1.

Au cours des épisodes « maniaques », la personne est :

  • • irritable,
  • • hyperactive,
  • • ressent peu le besoin de dormir,
  • • parle beaucoup,
  • • elle passe du coq à l’âne,
  • • fait des jeux de mots.

À l’inverse, lors des épisodes dépressifs, son niveau d’énergie est anormalement bas, son humeur est maussade, triste, avec une perte d’intérêt pour les diverses activités et projets. 

C’est un trouble qui entraine de nombreux handicaps sociaux, professionnels et affectifs. Il peut être responsable de suicide.

2. EPIDEMIOLOGIE

On considère que 1 à 4 % de la population générale est atteinte des formes typiques du trouble bipolaire. C’est la deuxième pathologie la plus suicidogène après l’anorexie mentale.

L’âge de début du trouble bipolaire est traditionnellement entre 15 et 25 ans (juste après la puberté.).

3. LA CLINIQUE

Perturbations de l’humeur :

* humeur élevée expansive, exaltée, euphorique ; parfois décrite comme gai. Cette exaltation peut être remplacée ou s’associer à une irritabilité.

Perturbations des émotions : elle peut passer d’une humeur joyeuse à triste sans transition.

La réponse de la personne peut être disproportionnée par rapport aux stimuli émotionnels.

Altérations du contenu de la pensée, augmentation de l’estime de soi, des idéesde grandeur, sentiment de toute-puissance jusqu’à devenir mégalomanes. Elle présente une amnésie de son trouble.

Perturbations du cours de la pensée (accélération) : La personne parle extrêmement rapidement. Elle fait des jeux de mots. Son débit de parole peut entrainer une incompréhension de ce qu’elle raconte.

Altérations cognitives :

* hypervigilance, altérations de l’attention et de la concentration.

Accélération motrice et comportementale : elle présente une énergie débordante, elle peut faire plusieurs choses en même temps. Une libido augmentée est possible avec une désinhibition.

Une insomnie  totale peut être décrite associée à une absence de fatigue, un  amaigrissement (même en cas de prises alimentaires augmentées),possible déshydratation.

Perturbations de la sexualité, augmentation du désir et de l’excitation sexuelle, hypersexualité (comportements sexuels possibles à risque).

4. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • • Glycémie capillaire.
  • • Ionogramme : kaliémie, natrémie, calcémie.
  • • Bilan urinaire : urée, créatinémie.
  • • NFS, plaquettes, CRP, TSH.
  • • Bilan hépatique.
  • • Bilan urinaire Toxiques urinaires : cannabis, cocaïne, opiacés, amphétamines.
  • • Imagerie cérébrale : scanner en urgence (si c’est un premier épisode ou pour les autres épisodes s’il existe des signes d’appel neurologique), ou IRM.
  • • ECG.

C’est le recueil rigoureux de l’anamnèse et de l’évolution des troubles qui permettra de porter le diagnostic de trouble bipolaire et d’éviter ainsi le retard diagnostique et thérapeutique.

Certains antécédents du patient doivent faire penser au diagnostic de trouble bipolaire :

  • – les multiples antécédents de dépression,
  • – un épisode atypique déclenché par un antidépresseur,
  • – le début d’un épisode dépressif ou psychotique durant le post-partum,
  • – un début des épisodes dépressifs récurrents avant l’âge de 25 ans.

5. TRAITEMENTS

Un épisode maniaque est une urgence médicale et requiert dans la majorité des situations unehospitalisation en urgence, en psychiatrie, si nécessaire en milieu sécurisé.

Un épisode dépressif caractérisé peut être pris en charge en ambulatoire sauf en présence decritères de gravité avec hospitalisation en psychiatrie, si nécessaire en milieu sécurisé

Les médicaments utilisés en traitement ou en prophylaxie, selon les options thérapeutiques suivantes :

  • – lithium,
  • – ou valproate,
  • – ou antipsychotique de 2e génération (Olanzapine, Risperidone, Quetiapine, Aripiprazole

Si le patient a déjà un thymorégulateur (Lithium ou Valproate) à posologie efficace, un traitement par uninhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) peut être introduit en plus.

La psychothérapie permettra :

  • * sur les comportements, d’apprendre à aménager les rythmes de vie à l’aide de plannings d’activités : limiter les activités en cas d’épisode maniaque, augmenter les activités en cas d’épisodedépressif.
  • * permet d’apprendre à gérer ses émotions.

Catégories

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

fallback-image

Troubles de la sexualité

fallback-image

Trouble psychique du post partum

fallback-image

Délire aigue

fallback-image

Crise suicidaire