Le rhume ou la rhinopharyngite… Banals mais très contagieux !

0
389
Falling ill together. Portrait of young mother and little daughter sitting on the bed while using handkerchiefs and blowing their noses

La rhinopharyngite de l’enfant, appelée couramment rhume chez l’adulte, est une inflammation de la cavité nasale et du pharynx. C’est une infection virale fréquente, bénigne et très contagieuse qui met en cause plus de 200 virus différents. Elle se rencontre dès l’âge de 2 ans pour atteindre son pic de fréquence à l’âge scolaire.

Un mal bien connu des parents

Qui peut se targuer de n’avoir jamais eu de rhinopharyngite au cours de sa tendre enfance ? Appelée couramment rhume chez l’adulte, cette inflammation de la cavité nasale et du pharynx est la pathologie infectieuse la plus fréquente chez l’enfant. Entre 6 mois et 6 ans, chaque enfant présente en moyenne quatre à cinq épisodes de rhinopharyngite par an !

Les facteurs de risque d’une Rhinopharyngite

Le tabagisme des parents, un terrain allergique, et même l’existence d’un reflux gastro-œsophagien sont des facteurs favorisant la survenue de rhinopharyngites chez l’enfant.

Les virus responsables des rhumes et rhinopharyngites se développeraient également plus facilement dans les zones plus fraîches du corps comme la cavité nasale. D’où l’intérêt de porter une écharpe pour garder son nez au chaud !

Des symptômes de la Rhinopharyngite modérés

La rhinopharyngite débute par un mal de gorge et par une fièvre modérée, souvent inférieure à 39° C, qui durent de 1 à 3 jours. Puis surviennent des éternuements, le nez se bouche (pouvant entraîner un ronflement nocturne) avant de couler pendant 2 à 10 jours. L’écoulement nasal est d’abord clair et fluide puis devient jaunâtre ou verdâtre et épais. Une toux peut également apparaître et durer plusieurs jours. Il ne faut pas s’inquiéter, même chez l’enfant, en cas de toux. La toux permet d’expulser les sécrétions et de dégager les voies respiratoires permettant ainsi de mieux respirer.

Une évolution souvent simple

La rhinopharyngite est une maladie bénigne qui dure en général entre 7 et 10 jours et guérit spontanément. Des complications, généralement bactériennes, peuvent cependant survenir. Elles peuvent se traduire par l’apparition d’une otite, d’une bronchite, d’une laryngite, plus rarement par une sinusite ou par une conjonctivite. Une rhinopharyngite peut également précéder une coqueluche.

rhinopharyngite : femme qui se mouche

Comment traiter une rhinopharyngite chez l’enfant ?

Dans la majorité des cas, cette maladie guérit spontanément en moins de dix jours. Le traitement vise essentiellement à soulager les symptômes (fièvre, mal de gorge, mal de tête…) et laver le nez régulièrement dans la journée pour améliorer le confort et prévenir les complications.

On utilise chez l’enfant du sérum physiologique ou une solution de lavage adaptée, dérivée de l’eau de mer, en dosettes à usage unique (jamais de pulvérisateurs nasaux contenant des produits vasoconstricteurs avant 15 ans). Si le nez coule, il faut au préalable moucher l’enfant, une narine après l’autre, en utilisant des mouchoirs jetables ou un mouche-bébé si nécessaire, sans en abuser, le mouche-bébé pouvant être irritant.

En cas de signes particuliers, de persistance de signes de rhinopharyngite ou d’aggravation

il faut consulter rapidement un médecin :

  • Si l’enfant a une fièvre de 40° C ou plus ;
  • Ou si l’enfant somnole, ou en cas de gêne respiratoire, de violents maux de tête, de pleurs inexpliqués, de taches violacées sur la peau, même en l’absence de fièvre ;
  • Et si l’enfant a des diarrhées importantes ou des vomissements qui pourraient entraîner une déshydratation ;
  • Si la température de l’enfant dépasse 38,5° C et dure plus de 48 heures malgré le paracétamol ou revient après avoir disparu ;
  • Lorsque la toux, le nez qui coule (ou le nez bouché) ne s’améliorent pas après dix jours ;
  • Si l’enfant ressent des douleurs au niveau d’une oreille, ou que son oreille coule ;
  • Si l’enfant présente un gonflement des paupières ou une conjonctivite purulente.
rhinopharyngite : homme qui prend son traitement

Comment soulager un enfant ayant une rhinopharyngite  ?

– Proposez-lui régulièrement de boire de l’eau (rester la bouche ouverte déshydrate).
– Allongez l’enfant sur le dos et surélevez sa tête quand il dort (coussin sous le matelas au niveau de sa tête).
– Ne le couvrez pas trop, la chaleur de son corps devant s’évacuer
– Au besoin, fractionnez ses repas pour qu’il ne se fatigue pas.
– Appliquez un peu de vaseline pour soulager l’irritation de la peau autour des narines.
 

Faut-il enlever les végétations ?

Les végétations adénoïdes sont de petits organes situés au fond du nez et dans la partie supérieure de la gorge. Elles se développent au cours de la première année de vie et jouent un rôle dans la défense immunitaire. Lorsqu’un enfant est atteint de rhinopharyngites à répétition, les végétations peuvent gonfler de manière durable. Des végétations très grosses provoquent une obstruction nasale ou une obstruction de l’orifice des trompes d’Eustache.

Les enfants concernés ont du mal à respirer par le nez, peuvent ronfler et avoir des troubles du sommeil. Ils présentent des rhino-pharyngites ou des otites à répétition, aiguës ou séreuses. Dans ce cas, il est parfois nécessaire, pour libérer les voies respiratoires, d’enlever les végétations, le plus souvent entre 2 et 6-7 ans. Rarement effectuée seule, l’ablation des végétations (adénoïdectomie) est souvent associée à une ablation des amygdales, à une paracentèse (on perce le tympan pour aspirer le liquide) ou à la pose d’un aérateur trans-tympanique (“yoyo”).

L’intervention est rapide, sous anesthésie générale, le plus souvent en ambulatoire (quelques heures d’hospitalisation). Les suites opératoires sont simples et peu douloureuses, avec rarement de petits saignements par le nez ou par la gorge. L’ablation des végétations n’est cependant plus aussi systématique qu’il y a quelques années.

Rhume : traitement et médicaments

Comment traiter une rhinopharyngite chez l’adulte ?

En cas de rhume chez l’adulte, on peut utiliser :

  • des décongestionnants sous forme de vaporisateurs nasaux (de façon limitée dans le temps pour éviter d’irriter les muqueuses du nez et provoquer une inflammation chronique) ;
  • des médicaments à base de soufre en cas de rhinopharyngite chronique.

Rhinopharyngite, quel traitement ?

De nombreux médicaments contre le rhume sont également disponibles en pharmacie, sous forme de comprimés jour/nuit. Ils associent la plupart du temps de l’ibuprofène ou du paracétamol à un décongestionnant oral. Ces médicaments sont déconseillés chez les enfants.

Les antibiotiques étant inefficaces sur les virus, ils n’ont aucun intérêt en cas de rhinopharyngite. Ils ne seront prescrits qu’en cas de complications (otite, bronchite, sinusite, laryngite…).

En cas de signes d’aggravation (fièvre de 40°C ou plus, diarrhées, vomissements, douleur dans l’oreille…), il est important de consulter rapidement son médecin.

Pour en savoir plus :

Otite, une infection très fréquente

La grippe… Attention danger !

L’angine… Souvent Bénigne mais à Surveiller !

Les sinusites

Rhume, grippe, COVID… Comment faire la différence ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici