fallback-image

Crise suicidaire

1. Définition

La crise suicidaire correspond à une crise psychique dans un contexte de vulnérabilité, avec émergence et expression d’idées suicidaires, dont le risque majeur est le suicide.

Cet état est  réversible et temporaire, à un moment donné dans la vie d’un individu, où ses ressources adaptatives sont épuisées.

Lors de l’interrogatoire le suicide va progressivement apparaître à l’individu comme l’unique solution. 

Les tentatives les plus fréquentes: intoxication médicamenteuse volontaire, phlébotomie (incision d’une veine), saut de hauteur, pendaison, intoxication au gaz.

Il est à noter que les tentatives de suicide sont différentes des conduites à risque type automutilation, mauvaise observance à un traitement ou refus de soins.

On note 3 niveaux dans les tentatives de suicide :

  • avérée: passage à l’acte effectué,
  • interrompue: stoppée par une tierce personne,
  • avortée: stoppée par l’individu lui-même

2. Clinique

Les symptômes sont non spécifiques du registre dépressif ou anxieux. A l’interrogatoire on retrouve une consommation de substances: alcool, tabac…
Des prises de risque inconsidéré, un retrait par rapport aux marques d’affection ou du contact physique, et surtout un isolement du patient.

Le patient décrira sont humeur comme un sentiment de désespoir, de souffrance psychique intense, de réduction du sens des valeurs, de cynisme. Il peut décrire une recherche soudaine de moyens létaux

Une accalmie peut faire un futur passage à l’acte du patient.

3. Épidémiologie

3,9% des personnes disent avoir pensé à se suicider dans les 12 derniers mois. Il est dénombré 10 300  suicides par an en France. C’est à dire 1 toutes les 40 minutes.

Il s’agit de la 2ème cause de mortalité chez les 15-24 ans, 1ère cause chez les 25-34 ans. Il y a une surmortalité masculine nette 3 hommes pour une femme. 90% des suicidés présentaient au moins un trouble psychiatrique.

4. Prévention suicide

Les réseaux d’accueil et d’écoute permettent un moyen d’écoute privilégié de prévention et peuvent intervenir à tout niveau

  • La prévention primaire prend en charge des sujets avec des facteurs de risque.

La suppression de ces facteurs associée et des facteurs de décompensation a prouvé son efficacité.

  • – La prévention secondaire axe son programme sur le dépistage précoce de la crise suicidaire pour arrêter le processus suicidaire avant un passage à l’acte
  • – La prévention tertiaire prend en charge les gens qui sont passés à l’acte.

En cas de prise en charge ambulatoire : le patient est revu par le médecin idéalement au bout de 48h ;

Avoir un entourage proche et disponible permet au patient de passer cette étape difficile.
Il est nécessaire d’envisager une continuité des soins dès le début de la prise en charge avec un suivi au long court du patient. Ne pas le laisser livrer à lui-même.
La plupart du temps une psychothérapie est mise en place afin de traiter les facteurs de vulnérabilité.

Catégories

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

fallback-image

Troubles de la sexualité

fallback-image

Trouble psychique du post partum

fallback-image

Délire aigue

fallback-image

Crise d’angoisse aigue et attaque de panique