Fracture maxillaire

0
707
Fracture maxillaire SQUELETTE

Définition de la fracture maxillaire

La fracture maxillaire appelée « LE FORT 1 » correspond à une fracture horizontale passant au ras de l’orifice piriforme, brisant le septum nasal, les parois latérales des fosses nasales et les deux sinus maxillaires. C’est donc lié au système osseux.

Les fractures maxillaires sont ainsi une urgence car elles peuvent entrainer :

  • Une asphyxies par glossoptose correspondant à un gonflement de la langue obstruant les voies respiratoires.
  • Un choc hypovolémique par pertes sanguines importantes car en cas d’épistaxis déglutie masqué.

Les fractures maxillaires surviennent souvent suite à un choc sous nasal violent.

Clinique des fractures maxillaires

On ne retrouve pas d’hypoesthésie de la face. Les nerfs ne sont donc pas touchés dans la fracture maxillaire appelée Le Fort.

A l’examen clinique, on retrouve :

  • Une impotence fonctionnelle : un aspect figé de la bouche entrouverte, une douleur faciale basse s’exagérant à la tentative d’occlusion.
  • Des troubles de l’articulation de la bouche sont alors objectivés avec des contacts molaires prématurés qu’on retrouve bilatéralement.
  • Une palpation douloureuse du fond du palais.
  • Une ecchymose en fer à cheval au fond du palais.
  • Une épistaxis (saignement) par plaies des muqueuses nasales.  
  • Une mobilité isolée de l’ensemble du plateau palatin et de l’arcade dentaire supérieure par rapport au reste du massif facial.
Fracture maxillaire / RADIOLOGIE

Examens complémentaires

En cas de fracture maxillaire, une radiographie met en évidence :

– une rupture arrondie et harmonieuse des os zygomatomaxillaires.

– un hémosinus maxillaire (sang dans les sinus).

Le scanner facial est systématique pour étudier les coupes axiales et les reconstructions frontales.

Les complications d’une fracture maxillaire

Les complications précoces sont donc peu nombreuses en dehors d’une épistaxis massive.

Traitements

  • Antibioprophylaxie dès l’arrivée du patient au service d’urgences.
  • Réduction des déplacements fracturaires par opération chirurgicale.

Le traitement chirurgical s’illustre par une contention par ostéosynthèse ou à défaut blocage maxillo-mandibulaire. La mâchoire du patient est bloquée durant 6 semaines.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici