La mortalité autour de la naissance

0
327
Enfant mort-né : Mortalité autour de la naissance

Selon le rapport Euro-Peristat qui est issu d’un projet européen coordonné par l’Inserm et qui rassemble les statistiques de 31 pays sur la santé périnatale en 2015, la mortalité autour de la naissance reste globalement basse en France, comme dans d’autre pays européens. Toutefois, ce qu’il apparait, c’est que la mortinatalité (enfants mort-nés) atteint un taux qui reste tout de même élevé en France avec 3 décès pour 1000 naissances. La mortalité néonatale, (décès dans le 1er mois) quant à elle est de 2,4 décès pour 1000 naissances.

Enfant mort-né : quelle définition ?

On parle d’un enfant mort-né pour désigner les cas de décès suivants :

  • Soit l’enfant sort du ventre de la mère en étant déjà mort,
  • Soit il meurt immédiatement à la naissance.

Dans ces deux cas, la déclaration de naissance à l’état civil n’a pu être faite avant le décès.

Quels sont les facteurs de risque ?

Un certain nombre de raisons peu favorables expliquent cette mortalité autour de la naissance en France.

  1. Le vieillissement de la population des femmes qui accouchent. En 2015, 20,6% des femmes qui ont accouché avaient 35 ans ou plus.
  2. Le taux de naissances gémellaires est important ce qui accentue les risques. On en compte 17,1 pour 1000 naissances en 2015.
  3. La consommation de tabac pendant la grossesse et notamment au cours du 3ème trimestre reste très élevée. On compte toujours en 2015, 16,3% des femmes enceintes qui fument encore dans les 3 derniers mois de grossesse.
Or le tabagisme est un gros facteur de risque de mortalité du fœtus ou nouveau-né.

Enfant mort-né, les causes

La recherche de la cause d’une mort fœtale in utéro est capitale si l’on veut éviter que des accidents se reproduisent. Le diagnostic demeure fait lors de l’autopsie du fœtus si les parents l’autorisent. Il faut distinguer plusieurs causes qui se développent à diverses périodes.

Avant 37 semaines d’aménorrhée. Les morts restent souvent dues à des malformations fœtales, des maladies chromosomiques et des infections.

Entre 28 et 36 semaines d’aménorrhée. Les causes demeurent principalement dues à un retard de croissance du fœtus ou à un hématome retro-placentaire.

Après 37 semaines d’aménorrhée. L’accident du cordon ombilical est la cause principale de mortalité.

Droits

Un certificat d’accouchement peut être délivré avant 22 semaines d’aménorrhée. Il permet de faire établir un « acte d’enfant sans vie », qui donne la possibilité au parent de donner un prénom à cet enfant décédé. Toutefois cette enfant n’est pas une personne juridique.

Dans le cas d’un accouchement après 22 semaines d’aménorrhée, la mère a droit a un congé maternité.

En savoir plus :

Article précédentLa déclaration de naissance
Article suivantBébé : 7 conseils pour bien allaiter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici