Arthrose

0
308

L’arthrose est une affection chronique qui se manifeste par des douleurs persistantes aux articulations causées par l’usure anormale du cartilage et de l’ensemble de l’articulation.   

Les articulations les plus fréquemment touchées sont le genou, la hanche et celles de la colonne vertébrale. Cependant, les autres articulations, comme l’épaule, la cheville et le poignet, peuvent aussi être atteintes. L’arthrose des doigts (arthrose digitale) est également très fréquente, surtout chez les femmes. 

1. Causes 

Les causes de l’arthrose sont multiples. Les facteurs mécaniques sont au premier plan, souvent associés à un processus d’inflammation. L’arthrose par la dégénérescence des cartilages. Les microtraumatismes répétés à une articulation peuvent toutefois provoquer une usure anormale conduisant à l’arthrose. La sédentarité et le surpoids interviennent également sur l’usure cartilagineuse. 

2. La physiopathologie

L’atteinte du cartilage au cours d’un processus dégénératif comme l’arthrose est due à un déséquilibre entre synthèse défaillante et destruction enzymatique accrue. C’est donc une maladie articulaire et pas seulement une maladie du cartilage. Elle peut toucher l’ensemble des articulations de l’organisme.

Types d’arthrose  

  • Arthrose primaire. Chez les personnes âgées, l’arthrose sans facteurs déclenchant est appelée l’arthrose primaire. 
  • Arthrose secondaire. Liée souvent à des  maladies inflammatoires (arthrite rhumatoïde, goutte, lupus, etc.) et au diabète. 

3. Clinique

L’arthrose ou ostéoarthrite, atteint chaque individu de manière différente.  

Les articulations touchées et l’intensité des douleurs varient d’une personne à l’autre : 

  • Des douleurs articulaires lors de la mobilisation des différentes articulation ; 
  • Une raideur de l’articulation, surtout au réveil. C’est le dérouillage matinal, il dure environ 30 min. 
  • Une perte progressive de flexibilité dans l’articulation; 
  • Des « craquements » lors de mouvements du genou. 
  • L’apparition progressive de petites excroissances osseuses (ostéophytes) qui déforme l’articulation; 
  • Une réaction inflammatoire lors des poussées d’arthrose. 

4. Facteurs de risque 

Âge : A partir de 40 ans, puis le risque d’arthrose est très élevé à 60 ans.

  • • Le surpoids et surtout l’obésité,  surtout pour les articulations portantes.
  • • L’aspect famillial.
  • • Les hormones : la prévalence de l’arthrose est plus importante chez les femmes surtout après la ménopause.
  • • le port de charges lourdes, microtraumatismes répétés, les troubles axiaux d’un membre.

 5. Traitements non médicamenteux de l’arthrose

Il n’existe pas de traitement spécifique pour éradiquer l’arthrose, en particulier lorsqu’elle touche le genou ou la hanche. 

L’objectif est de prendre en charge de manière complémentaire les diverse possibilité de prise en charge :

  • pratique régulière d’exercices physiques, de 15 à 30 minutes, au moins 3 fois par semaine,
  • perte de poids en cas d’obésité afin de diminuer la charge sur les articulations, 
  • kinésithérapie, très importante dans la pris en charge; 
  • adaptation de l’environnement professionnel si le travail cause des traumatismes articulaires à l’origine de l’arthrose. 

6. Traitements médicamenteux de l’arthrose

Lorsqu’elles ne suffisent pas, les précédentes mesures peuvent être complétées par la prise de médicaments pour soulager les douleurs. Dans les cas plus graves, le médecin propose parfois une chirurgie. Consulter la fiche Arthrite pour connaître d’autres moyens d’apaiser la douleur. 

Médicaments analgésiques
Le paracétamol est le médicament à utiliser en 1ère intention. En cas de poussée douloureuse articulaire. 

Médicaments anti-inflammatoires

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) classiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aider à soulager la douleur et l’inflammation. La famille des AINS comprend l’ibuprofène et sont ceux à utiliser en 1ère intention. Attention au risque d’ulcère, ces médicaments sont souvent responsable de douleur gastrique. Ils sont utilisés pendant la plus courte période possible, au besoin seulement .
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens inhibiteurs sélectifs de la Cox-2 (ou coxibs). Cette génération d’anti-inflammatoires, les inhibiteurs sélectifs de la cyclooxygénase-2 (Cox-2) ou coxibs, agit en inhibant un enzyme, la Cox-2, impliqué dans le processus inflammatoire.

Son usage est généralement réservé aux personnes dont le risque de complications gastro-intestinales est jugé élevé et dont le risque de maladies cardiovasculaires est faible. 

Ces médicaments sont moins responsables d’évènement digestif mais ils peuvent entrainer des troubles cardiovasculaires.

  • Les anti-inflammatoires en gel ou en crème s’applique directement sur l’articulation  Ils constituent une bonne alternative aux anti-inflammatoires par voie orale, car ils n’entraînent pas d’effets secondaires digestifs  
  • Les injections de corticoïde peuvent être une alternative surtout en cas de poussée très douloureuse articulaire. 

 La Chirurgie sera utilisé en dernier recours :

  • soit dans l’optique de mettre des une prothèse sur une articulation trop abimée et inutilisable,
  • soit dans le cadre de l’arthroscopie, afin d’enlever les débris articulaires pouvant créer des douleurs.   

🔔 Cette fiche ne dispense pas d’une consultation médicale 🔔

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici